Un forum de RP basé sur Dragon Ball, le manga d'Akira Toriyama, dans un monde où nos héros ne sont jamais nés...
 

 :: Zone RP :: Terre :: Villes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Impasse incompréhensible [Feat. Yamiko]

avatar
Messages : 33
Date d'inscription : 27/06/2016
Localisation : Quelque part entre mon univers et le tiens

Feuille de personnage
Power Level: 28 565
Power Level en Kili: 0
Inventaire:
Dim 3 Déc - 0:09
TITRE

Tu sais Invité, les Hommes sont, et ce, malgré leurs innombrables défauts, fascinants, ils cherchent sans cesse de nouveaux moyens de s'entre-tuer, de se dépasser mutuellement, de voler les trouvailles de leurs voisins. Et malgré cela, ils vivent tous ensemble dans d'immenses fourmilières qui, en dehors des frontières, ne sont ni chaotiques, ni hostiles. Ils s'entraident avant d'échanger des regards malsains, ils ne vivent ensembles que pour profiter les uns des autres et cela fonctionne. Oui, cette histoire a encore une fois lieu dans l'une de leurs villes. Cette fois-ci, j'étais simplement assis sur le bord d'un immeuble, observant dans la grande rue tout en bas des centaines d'âmes fourmiller en s'ignorants les unes, les autres, en m'ignorant, moi. J'aimais contempler les facettes de leurs âmes, ces sourires qui masquaient des envies plus sales les unes que les autres.
Mais, là n'était pas mon unique but, si j'avais pris la peine de quitter les lieux les plus divertissants de cette planète, c'était pour trouver d'autres êtres comme l'erreur de laboratoire qui devait s'entraîner avant de revenir perdre le pari que je lui avais proposé. Que je sois plus claire ? Et bien, je cherchais des êtres très puissants qui n'avaient pas forcément à être ici. Si je voulais récupérer les artefacts terriens, il me fallait d'autres pantins qu'un unique monstre de foire dont l'âme était ridiculement mal protégée. Et plus important même que ma quête des artefacts, il y avait celle de la constitution d'une âme complète pour mon être. Et pour mener à bien cet objectif, il fallait que je recueille plus d'informations concernant l'apparition d'âmes spéciales comme l'âme artificielle du monstre violet.
Et c'est une âme spéciale mais différente de celle de "Protein" qui me mena jusqu'à cette créature plus démoniaque qu'Humaine.
Alors que j'étais sur le toit, cherchant des âmes différentes, soudain, une femme se mit à hurler en me voyant, non, elle n'avait même pas remarquée que mon physique n'avait rien d'humain, ses cris ressemblaient plus à :

"Oh seigneur ! Cet Homme s'apprête à sauter !"

Un simple mais long soupir quittait lentement ma bouche alors que je me laissais tomber de l'immeuble, j’atterrissais à quelques petits mètres de la créature inférieure, commençant à lui répondre sur un ton qui se voulait clairement supérieur.

"Aucune créature inférieure ne m'insultera d'Humain, tu as bien compris ?!"

Elle était visiblement effrayée en voyant mon visage de plus près, elle ne disait plus rien et son teint avait viré au pâle, la bouche entrouverte elle bégayait des choses qui m'étaient incompréhensibles, je soupirais donc une seconde fois avant de remarquer un gamin Humain qui s'était amusé à sortir son téléphone, je disparaissais pour apparaître juste devant lui, lui brisant le bras sur le coup avant de détruire l'objet avec lequel il avait eu la mauvaise idée de me filmer. Voulant éviter d'autres tentatives de ce genre, je disparaissais de nouveau pour venir réapparaître dans une ruelle à quelques centaines de mètres. Et c'est là, depuis cette ruelle que je l'avais remarquée, une âme magnifique, déchirée en deux parties toujours liées, elle était magnifique mais très puissante.
Je changeais mes vêtements en un costume plus confortable avant de joindre la zone dans laquelle se trouvait l'âme. Il s'agissait de l'âme d'une jeune femme qui semblait Humaine, car, oui, de l'extérieur, rien ne laissait présager une telle puissance ou même une telle nature...
Pour l'accoster dans un endroit plus calme, je me contentais de marcher dans sa direction avant de la bousculer légèrement, un simple coup d'épaule. Et alors qu'instinctivement, elle devait s'être retournée pour voir ce qui l'avait bousculer, je disparaissais de nouveau pour réapparaître à l'entrée d'une rue moins chaleureuse se trouvant à sa droite. Je supposais qu'elle me verrait en tournant de nouveau la tête pour continuer sa route. Elle ne pouvait pas ignorer une créature qui avait simplement disparu pour réapparaître ailleurs n'est-ce pas ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 27/06/2016
Age : 25
Localisation : Notre belle planète bleu~

Feuille de personnage
Power Level: 34 850
Power Level en Kili: 0
Inventaire:
Dim 3 Déc - 1:13
Impasse incompréhensible

ft. The Unnamed

* Cette ville serait le terrain idéale pour montrer à ces salauds du Ruban Rouge ce qu'ils ont lâché sur leur monde, tu ne crois pas ? *
* ... *

Je soupirai lourdement. Plus le temps passait, et plus Yamai se faisait insistant. Je le sentait, au fond de moi. Il ne pouvait pas réfréner sa volonté de se venger de ces faibles humains qui avaient fait de nous ce que nous étions. Je ne pouvais pas m'empêcher de le comprendre. Déjà, parce-que je concevais aisément que l'on puisse être énervé après avoir subi ce qu'il avait subis, d'autant plus qu'il aurait dû pouvoir écraser n'importe quel humain sous le talon de sa patte griffue. Mais aussi parce-que j'avais moi-même du mal à accepter que l'on m'ait menti aussi longtemps, que l'on m'ait ainsi caché la moitié de moi-même. Parfois, je me disais que les choses auraient été plus simples si Osomnum avait réellement eu raison de son frère... Mais cette pensée était aussitôt étouffée par un sursaut de rage de Yamai. La simple évocation du nom de son frère suffisait à le faire bouillir.

Ce jour n'était cependant pas au défaitisme. J'en avais eu assez de rester à l'écart des villes, malgré la menace que représentait Yamai pour les populations. Je voulais voir des gens, leurs parler... La seule compagnie de mon alter-égo était pesante, et j'avais l'impression de devenir folle. Les mots qu'il sussuraient à mon oreille n'étaient que le reflet de ses désirs profonds, de mort et de destruction, de plaisir et de violence... Chaque jour, je sentais le goût du sang un peu plus présent sur ma langue, et l'envie de me laisser aller était plus intense à chaque instant qui passait. Yamai était persévérant... Et si je restais en sa simple compagnie j'étais certaine de céder.

C'est pourquoi, en ce jour, je cherchais la compagnie des humains. Je devais me changer les idées, me ressourcer, renforcer mon esprit pour résister à la tentation que m'inspiraient les doux murmures de mon inconscience. Et puis, j'avais senti la présence d'une forte concentration d'énergies.

Cette capacité que j'avais de sentir le Ki était fascinante. A l'époque ou j'avais été un seigneur démon, avant que Yamiko et Yamai ne deviennent deux entités distinctes, je n'avais jamais disposé d'un tel pouvoir. A présent, je mesurais à quel point il pouvait s'avérer pratique. Et je me réjouissait que Yamai ne parvienne pas à maitriser cette technique, même lorsqu'il était aux commandes de mon corps.

J'avais mis peu de temps à atteindre l'agglomération. J'étais entrée en ville tranquillement, et depuis j'avais déambulé à la recherche d'un moyen d'approcher un humain ou un autre, histoire de discuter, ou du moins d'essayer... Mais la chose n'est pas évidente lorsque l'on a passé sa vie dans un centre militaire. Les savoirs sociaux m'étaient par trop étrangers, et je n'avais aucune idée de la manière d'aborder les gens sans me montrer trop abrupte. Après quelques tentatives qui s'étaient avérées vaines, j'avais finit par fourrer mes pouces dans ma ceinture et par marcher, à la recherche d'un de ces endroits que l'on appelle un bar. Un lieux propices aux rencontres.

Cela dit, je ne devais pas mener mon entreprise à bien.

Cela faisait déjà plusieurs longues minutes que je marchais, et je n'arrivais pas à trouver le courage d'entrer dans le moindre établissement. Quelle ironie, de la part de quelqu'un capable de stopper une balle de pistolet à mains nues... Dépitée, j'écoutais donc les rabâchages entêtants de Yamai, qui ne voulait rien moins que faire étalage de sa puissance. Lui aussi s'ennuyait mortellement. Je me demandais encore si cela avait été une si bonne idée de venir en ville lorsqu'une exclamation paniquée attira mon attention.

Distraite de ma morosité par les appel à l'aide, je laissai mes pas me porter en direction d'une rue adjacente pour y découvrir une foule conséquente entourant un enfant dont le bras formait un angle peu naturel. La manière dont il s'était brisé l'os m'importait peu, mais je ne pouvais m'empêcher de compatir à la douleur du pauvre enfant. Je ne m'étais jamais rien cassé, je ne pouvais donc pas comprendre ce qu'il endurait, mais la peine inscrite sur ses traits me donnait l'inexplicable envie de le prendre dans mes bras pour le rassurer. Cette impulsion était cependant en totale contradiction avec ce que pensait Yamai en cet instant. Car à la vue de l'os brisé, un frisson d'excitation malsaine avait secoué mon échine, et le gout du sang avait à nouveau envahi ma bouche.

Voila ce que voulait le démon. De la souffrance et de l'hémoglobine. Je devais m'éloigner de cette scène déplorable.
« Tu est lamentable, saleté de démon... »

Un simple ricanement me répondit.

Les yeux baissés, je m'engageais dans une ruelle moins fréquentée.

J'avais à peine effectués quelques pas que je me figeai. perdu au milieu de tout ce fouillis de puissances, je ne l'avais pas encore capté, mais à l'instant... Une puissance impressionnante m'était apparue. Surgie de nulle part, elle approchait cependant de moi. Une légère bousculade, et une silhouette me dépassa. Engoncé dans un costume noir, sa dégaine me semblait vraiment trop étrange pour être celle d'un humain, et pour une fois Yamai était du même avis que moi. Et visiblement, cette chose cherchait à attirer mon attention. Avec une telle puissance, qu'il ne cherchait même pas à masquer, il aurait très facilement pu m'éviter, mais il m'avait bousculé délibérément. Avant de disparaitre quelques mètres plus loin. Alors que je pensais avoir perdu l'inconnu de vue, sa puissance m'apparut à nouveau, sur ma droite, et je me tournai dans sa direction pour enfin découvrir l'être qui me faisais face.

Le personnage était hautement déroutant, mais Yamai avait déjà vu des physiques plus particuliers. Un visage squelettique, des yeux brillants d'une lueur malsaine, et cette silhouette longiligne qui donnait l'impression qu'il avait des bras et des jambes beaucoup trop longs... Indéniablement, nous faisions face à quelque chose qui n'avait rien d'humain. Et qui me surpassait largement.
* Si tu me laissais prendre le contrôle, nous ne craindrions rien de ce type. *
* Yamai... Quand vas-tu fermer ta putain de gueule ? *

Les sourcils froncés, je m'approchai de l'étranger d'un pas délibérément lent, continuant de le détailler de haut en bas. Que pouvait-il bien me vouloir ? Je ne devais pourtant pas sembler bien différente de la plupart des humains... A moins qu'il n'ait aussi la capacité de sentir les énergies. Quoi qu'il en soit, je le toisais d'un air revêche.

« Vous me voulez quelque chose ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 33
Date d'inscription : 27/06/2016
Localisation : Quelque part entre mon univers et le tiens

Feuille de personnage
Power Level: 28 565
Power Level en Kili: 0
Inventaire:
Dim 3 Déc - 2:18
TITRE

Pendant les très courtes secondes après lesquelles j'avais bousculé la femme à l'âme divisée, je pouvais l'observer, ce qui n'aurai été qu'un instant pour un être Humain, était toute une scène au travers de mes yeux, je la voyais lentement chercher ma trace après ma courte disparition quand soudain telle une simple paysanne recevant la grâce d'une épiphanie, elle tourna la tête vers moi. Il était évident à mon sens qu'elle ne s'était pas retournée naturellement, mais bien parce qu'elle avait su ressentir ma présence à sa droite. Et alors qu'elle me faisait face, j'observais son âme, divisée, mais liée, pour vous en faire un schéma, cela ressemblait à un orbe tranché net qui essayait perpétuellement de se reconstituer, mais qui en était incapable. Non pas parce qu'il lui manquait un morceau comme dans mon cas, mais bien parce que ses deux parties n'étaient plus identiques. L'une semblait vierge, aussi pure que peut l'être une âme sur laquelle l'on a essayée de graver des mensonges. Tandis que l'autre, l'autre était sombres, un fragment d'âme qui rappelait immédiatement les démons et leur âme si singulièrement sombre, une âme nourrie de sang et de violence, de chaos et de destruction. Tout ce qu'aiment les démons en somme.
Alors que je me perdais dans l'analyse visuelle de cette âme singulière, le mouvement qu'entreprit son hôte me fit réagir, elle s'approchait de moi. Elle ne semblait pas effrayée, était-ce réellement un démon ? Ou une autre erreur scientifique ? Non... Cette deuxième option était peu probable. Elle dégageait une puissance qu'aucun scientifique humain n'aurait sut exploiter... Cependant, ses sourcilles froncés semblaient trahir une certaine forme d'incompréhension. Ce qui me fut confirmé par la phrase qu'elle énonça. Elle voulait savoir si je lui voulais quelque chose. Mon œil droit perdit lentement son éclat alors que le gauche semblait en gagner proportionnellement, je regardais toujours son âme, mais mon regard était remonté au niveau de ses yeux.

"Laquelle me pose la question ? La créature naïve ou celle qui cherche le chaos ?"

Un léger ricanement suivit cette question, oui, je m'étais parié qu'il s'agissait d'une division d'âme ayant donné naissance à deux âmes distinctes dans un même hôte. C'était ce qui semblait être le plus logique. La seule chose similaire que j'avais eue l'honneur de rencontrer était atteinte de ce que les Humains appellent un "dédoublement de la personnalité" bien que dans ce cas, les différents fragments d'âme étaient presque identiques.
Alors que mon ricanement cessait et que mes yeux reprenaient leur forme originelle, je m'inclinais légèrement pour me présenter.

"Dans tous les cas,la réponse est : "oui". Laissez-moi me présenter : je suis un Dieu maléfique recherchant quelque chose dont vous êtes certainement une clé. Ainsi, je souhaiterais simplement discuter... Si vous êtes plus coopératives que l'autre échec de laboratoire..."

Sur mes derniers mots, l'on pouvait presque sentir du dégoût concernant la créature dont j'avais parlé. Je me redressais ensuite, regardant de nouveau la jeune femme au physique Humain, attendant une quelconque réaction qui pourrai, je l’espérais, confirmer ma théorie des deux entités...
Ce que la créature que je venais de rencontrer pouvait observer de son côté, c'étaient les trous béants au centre de mes paumes que je n'essayaient plus de cacher maintenant qu'elle s'était approchée. Je voulais en savoir plus, observer ses réactions sur plusieurs points : sur mon physique incohérent, sur le statut de Dieu sous lequel je m'étais présenté, sur ma déduction si elle en avait bien été une.
Le plus intéressant dans les premiers mots que j'échange avec une nouvelle entité, ce sont ses réactions vis-à-vis de ce que je suis, de ce que je vois et surtout ce que me montre son âme.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 27/06/2016
Age : 25
Localisation : Notre belle planète bleu~

Feuille de personnage
Power Level: 34 850
Power Level en Kili: 0
Inventaire:
Dim 3 Déc - 3:22
Impasse incompréhensible

ft. The Unnamed


Indéniablement, la créature était étrange. Sa puissance était grande, de même que son savoir. Sa question me dérouta quelque peu, et je le regardai, interdite. Laissait-il entendre qu'il était conscient de la présence de Yamai ? Étais-ce moi qu'il qualifiait de "naïve" ? Était-il comme moi une créature modifiée par le Ruban Rouge, au courant du projet de ma division ? Cela m'aurait parut étonnant... Et mon instinct me soufflait que cet homme n'avait ni dieu ni maitre. Quoi qu'il en soit, seul un silence obstiné répondit à sa question. Je ne tenais pas particulièrement à parler de mon passager indésirable. Et puis visiblement, il n'avait pas finit de discourir...

Un dieu maléfique à la recherche d'une clé ? une erreur de laboratoire ? les pensées s'enchainèrent dans mon esprit, et elles n'étaient pas toujours les miennes. Pour une fois, Yamai pensait sensiblement comme moi. Les hypothèses étaient nombreuses pour expliquer les paroles de l'inconnu. Peut-être était-il si puissant qu'il se prenait pour un dieu ? Ou alors était-il réellement un dieu ? Que pouvait-il bien chercher qui le conduise à venir me parler ? A quoi faisait-il référence lorsqu'il parlait d'un échec de laboratoire ? A cela venaient s'ajouter les questions soulevées par le physique atypique du personnage.

Ses mains trouées me plongeaient dans la perplexité, de même que son visage squelettique et ses yeux luisants, plus lucioles que globes oculaires. Ce n'était pas franchement l'image que je me faisais d'un dieu... D'ailleurs, je n'avais jamais réellement cru en leur existence, que ce soit au cours de ces dix-huit dernières années ou dans ma vie en tant que Yamai. Un dieu maléfique hein... Guidée par une volonté de Yamai, je baissai les yeux vers ses chevilles pour vérifier qu'elles n'avaient pas enflé.

* ...Tu as un sens de l'humour tellement affligeant. *
* Bah quoi, ça valait la peine de vérifier non ? *


Excédée, je levai la main pour me pincer l’arête du nez. Désolant... Ce démon était juste risible. Il devait vraiment s'ennuyer mortellement pour en venir à faire des blagues aussi vaseuses que celle-ci.

* Et bien, je m'ennuierais peut-être moins si tu me laissais sortir de temps en temps. *
* N'y compte même pas. *


Je n'avais aucune envie que Yamai ne cause de scandale. Je n'avais pas plus envie de le voir faire un carnage dans cette ville.Sans compter qu'il commençait déjà à fantasmer sur ce qu'il ferait une fois libéré, et que la majorité de ses idées étaient par trop déviantes pour que la décence ne m'autorise à en parler plus précisément.

Cela dit, je reportai enfin mon attention sur le personnage atypique qui avait décidé de m'offrir la grâce de sa présence.

« Par le plus grand des hasards, serai-ce ton status de dieu qui te permet d'en savoir autant sur moi ? »


Je haussai les épaules. S'il voulait simplement parler, pourquoi pas ? Après tout j'étais venue dans cette ville à la recherche de compagnie, et peut-être qu'il serait plus facile d'engager la conversation avec une personne encore plus étrange que je ne l'étais... Cependant, j'étais sceptique quand au lieux qu'il avait choisit pour notre rencontre.

« Si tu veux parler, je préfèrerais qu'on aille dans un endroit plus tranquille. Le lieux ne se prête pas franchement à la conversation. »


En plus, on entendait enfin les sirènes des ambulances qui arrivaient pour emmener le jeune garçon blessé. Bientôt, le lieux allait grouiller de médecins, sans compter les forces de l'ordre qui n'allaient sans doute pas tarder à débarquer. Quelqu'un les avaient même sans doute déjà appelés. Et comme la ville était sous le contrôle du Ruban Rouge, il y avait fort à parier que ce soit leurs soldats qui rappliquent pour gérer la situation. Misère...

Sans attendre de réponse de mon interlocuteur, je le dépassai et m'engageait dans la ruelle derrière lui. Elle se terminait sur un cul de sac, si bien que la foule ne s'y pressait pas. Une fois au bout de la ruelle, je me contentai de bondir pour rejoindre le balcon le plus proche, puis sur le suivant, et ainsi de suite jusqu'à atteindre le toit de l'immeuble. Qu'il me rejoigne en sautant ou en se téléportant m'importait peu. Distraitement, je m'emparai d'une mèche de mes cheveux pour l'entortiller entre mes doigts, simple manière de m'occuper. Lorsqu'il m'eut rejoint, je m'installai sur le bord du toit et le dévisageai à nouveau.

« Alors, en quoi une mortelle tel que moi pourrait-elle venir en aide à un dieu... Si tant est que j'en ai envie ? »


L'ironie sous-jacente de mes propos était clairement perceptible, et je n'essayais même pas de la dissimuler. Je n'avais que faire de blesser l'orgueil d'un inconnu, fusse-t-il une divinité quelconque. Après tout, Yamai avait raison : Si je le laissais prendre le contrôle, il aurait le dessus sur l'étranger. Ce qui me fit peser...

« D'ailleurs, tant que j'y suis, t'as pas un patronyme par lequel je puisse t’appeler ? Parce-que ça n'a rien de très agréable de parler à quelqu'un qui ne prend même pas la peine de se présenter... »


Inutile de dire que je n'avais pas la moindre intention de lui donner mon nom tant qu'il ne m'aurait pas donné le sien.Ou aors peut-être qu'il n'en avait pas besoin ? En tant que soi-disant dieu, connaissait-il le nom de tout un chacun ou devait-il se renseigner comme le commun des mortels ? L'idée d'un dieu subissant de telles limitations me fit doucement rigoler. Décidément, Yamai prenait de plus en plus d'ascendant sur moi... Cela me mettait extrêmement mal à l'aise, et je fit taire mon ricanement d'un raclement de gorge. Je devais absolument me ressaisir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 33
Date d'inscription : 27/06/2016
Localisation : Quelque part entre mon univers et le tiens

Feuille de personnage
Power Level: 28 565
Power Level en Kili: 0
Inventaire:
Dim 3 Déc - 15:40
TITRE

Notre discussion était accompagnée de quelques rictus involontaires de la part de mon interlocuteur, je comprenais évidemment qu'il s'agissait de la seconde entité qui se trouvait être plus portée sur le second degré... Lire dans ses pensées ? Non, une simple déduction, elle avait baissé les yeux vers la base de mes jambes avant de joindre sa main à son visage avec une expression qui ressemblait à celle que l'on a lorsqu'une personne vous dit une blague d'un niveau ridiculement insuffisant. Pas que je m'y connaisse plus que cela en humour, au contraire, mais j'ai intégré les comportement sociaux humains des deux derniers siècles relativement aisément.
Bref, suite à cette action, l'entité maîtresse reprenait la discussion au sérieux, confirmant mes suppositions avec une question : elle était visiblement sceptique quant à ma nature divine, je pouvais le concevoir, les humains ont tellement de visions erronées des dieux que s'en devient affligeant et impossible même à prendre au sérieux...
Mais désormais, je savais que si l'entité maîtresse pouvait ressentir la puissance de mon âme, l'autre entité en était incapable si elle était bien démoniaque. En effet, les démons savent généralement reconnaître les Makaïoshin grâce aux ondes qu'émet leur puissance particulière. Une puissance parfaitement mauvaise, sans la moindre once de clarté.
Et alors que je pensais à ce fait, l'ajoutant en note quelque part dans mon esprit, des sirènes commencèrent à retentir, il semblait que le jeune homme que j'avais gravement blessé reçût enfin de l'aide.

"Ah ? J'avais oublié qu'ils soignaient ce genre de déchets par ici..."

Alors que je parlais, la jeune hôte, elle, s'était mise à courir après m'avoir proposé de nous éloigner. Elle sautait partout pour monter en haut de l'un des immeubles nous entourant, c'était ridicule... Je ne comptais pas m'infliger une humiliation similaire, oh ça non. Je disparaissais donc simplement pour réapparaître en face de mon interlocutrice, roulant rapidement des yeux, affligé par ce spectacle qu'elle avait donné pour monter jusqu'ici.

"Bien... Pour te répondre : non. C'est ma nature qui me permet de lire ton âme, pas la nature de mon espèce."

Et à peine avais-je finis de lui répondre qu'elle me demandait comment elle pouvait m'aider tout en précisant de façon aussi implicite que le fait que je n'ai pas besoin de respirer qu'elle ne m'aiderai certainement pas. Je n'avais pas forcément besoin de son accord, la seule chose qui changerai serai bien entendu son état après qu'elle m'ait aidé.

"J'aimerais étudier ton âme afin de pouvoir reconstituer la mienne."

Mon regard se faisait légèrement plus froid alors que j'énonçais ce pourquoi j'étais venu rencontrer cette créature. Et de son côté, comme chaque être que je rencontrais, elle se mit à m’insulter, me demandant un patronyme alors que je m'étais plus tôt présenté en énonçant mon but, ma nature et ma fonction... Mon regard légèrement froid devint méprisant alors qu'une main apparaissait soudainement pour bousculer la jeune femme.

"Ne m'insultez pas ! Je ne suis pas l'une de ces créatures à s'abaisser en se définissant par un nom sans aucun sens ! Vos noms ne servent qu'à masquer les défauts qui vous définissent ! Je me suis déjà présenté, et je vais vous le dire de manière plus explicite cette fois : JE N'AI PAS DE NOM !"

Sur ce, je faisais disparaître ma main, prenant soudainement un air perdu et choqué alors que je reprenais sur un ton beaucoup plus calme.

"Oh, je suis désolé pauvre créature mortelle... Je ne voulais pas vous faire mal, mais comprenez moi, votre attachement aux noms tournent à l'obsession... Et puis, ne me comparez pas à vous !"

Je m'étais retenu car le contact de ma main avec cette créature m'avait surpris, dans un premier temps j'avais senti son âme relativement accessible et soudainement ma prise s'était faite plus difficile à maintenir, comme si la défense de son âme avait été soudainement renforcée sans qu'elle-même ne s'en rende compte...
Je reprenais un air plus sérieux, réfléchissant à ce que pouvait être cette soudaine résistance... J'avais pensé au fait qu'il s'agissait sûrement de la seconde entité qui s'avérer avoir une puissance supérieure à celle de son hôte, mais cela n'était pas cohérent... Oui, je ne suis pas cohérent, mais moi, c'est ce que je suis profondément, et je suis le seul dans ce cas ! Je me devais de poser une question que j'avais à la base réservais pour plus tard...

"Comment vous a-t-on fait ça ?!"


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 27/06/2016
Age : 25
Localisation : Notre belle planète bleu~

Feuille de personnage
Power Level: 34 850
Power Level en Kili: 0
Inventaire:
Dim 3 Déc - 16:42
Impasse incompréhensible

ft. The Unnamed


Étudier mon âme, rien que ça... Cet individu ne manquait pas de prétention. S'il savait effectivement ce qui était arrivé à mon essence, il devait également se douter que je n'allais pas être volontaire pour qu'on s'y intéresse de trop près. Trop de gens se l'étaient déjà appropriée, pensant servir leurs propres intérêts, et tous étaient morts. Pour une fois, Yamai et moi étions d'accord : il était hors de question que l'on se laisse disséquer, étudier. Nous avions eu notre dose de cela. Par contre, cela faisait déjà plusieurs fois que Yamai et moi tombions d'accord face à cet individu soi-disant sans nom, et je n'aimais pas cela.

C'est alors qu'il sembla saisit d'une brusque colère. L'idée d'être nommé lui semblait... Insupportable. La réaction avait été absolue et directe, et Yamai s'en amusa en moi. Je devais admettre que je n'appréciait pas spécialement l'individu qui nous avait abordé, d'autant plus qu'il se permettait à présent de me bousculer avec... Une main surgit du néant ? Surprise, je basculai de quelques centimètre vers l'arrière, sans pour autant avoir peur de tomber. La seule chose que je risquait était d'abimer mes vêtements, et j'y tenais, mais je ne craignais pas de me faire mal. Et puis finalement, je ne tombai pas. Il n'avait manifestement pas mise toute sa puissance dans le coup. Il cherchait simplement à m'intimider... Malheureusement, dieu ou mortel, il n'était pas facile d'intimider un seigneur démon, fusse-t-il déchu. Un mince sourire moqueur étira mes lèvres. Puisque Yamai et moi étions sur la même longueur d'onde ce soir, pourquoi ne pas le laisser parler un peu ?

« Tu n'as pas de nom hein ? Dans ce cas, permet-moi de t’appeler "Machin". Ça me désolerais de ne pas savoir comment t'interpeller dans la rue, si nous étions appelés à nous croiser à nouveau. »


Ces mots finissaient à peine de franchir mes lèvres que je reprenais le contrôle plein et entier de mon corps. Avec quelque difficultés certes, Yamai avait vraiment besoin de sortir, mais je ne voulais pas non plus le laisser totalement libre de ses agissements. Et puis, quelque chose dans le contact avec la main m'avait déstabilisé. Comme si elle avait touché quelque chose auquel elle n'aurait pas du avoir accès... Yamai l'avait senti aussi, et à présent je le sentais se révolter dans les tréfonds de mon être.

Notre âme. L'inconnu avait touché notre âme.

Laissant toute trace d'amusement déserter mes traits, je me relevai du bord du toit sur lequel je m'étais installée et fit face à l'étrange personnage, les mains alignées le long du corps.


« Essae, juste encore une petite fois, de toucher à ce qui ne t'appartient pas, et je laisse sortir Yamai, est-ce clair ? »


Il était inutile de se voiler la face. Ce type savait très bien ce que j'étais, sinon il ne m'aurais pas abordé, il n'aurait pas parlé de mon âme comme il le faisait. Il savait également que nous étions deux-qui-font-un, et il devait sans doute également savoir que Yamai n'était pas aussi accommodant que moi.

« Quand à savoir comment on m'a fait ça, j'imagine que tu pourras plus facilement répondre à cette question que moi, puisque visiblement tu es familier de ces petites manipulations. »


De ce que j'en savais, il pouvait tout aussi bien être directement impliqué dans ce que le Ruban Rouge m'avait fait. Après tout, j'avais du mal à comprendre comment les humains, une race aussi faible, avait bien pu séparer mon âme en deux. De ce que j'en voyais depuis que j'avais commencé à voyager, après m'être enfui du centre, ils n'avaient pas la technologie nécessaire pour faire ce genre de choses... Mais il était vrai que la technologie dont j'avais disposée au centre était bien supérieure à celle que je trouvais maintenant.

Mes poings se serrèrent. J'avais soudainement envie de leur faire payer pour ce qu'ils m'avaient fait, et à ce type qui me faisait face en particulier, pour avoir osé toucher à mon essence. La violence de ce sentiment me prit de court, et je me figeai soudainement, me rendant compte que j'avais fait un pas dans la direction du sans nom.

Yamai... Il avait profité de notre synchronisation momentanée, il avait tenté de prendre le pouvoir en me poussant à désirer les mêmes choses que lui. Je m'en rendait compte, mais le mal était fait à présent... Il était trop proche de la surface de ma conscience, et chacun de mes gestes s'en ressentait : Ils étaient plus raides, plus brusques, empreins de plus de puissance. Si ce type avait la capacité de percevoir la puissance, il se rendrait certainement compte de la modification... Mais le démon n'était pas encore sorti. Et si j'en avais encore la possibilité, je comptait bien le garder en laisse.

« Ne comptes pas sur moi pour t'aider. Je n'ai aucune envie de te laisser trimballer tes petites mains baladeuses sur mon âme pour la disséquer et l'analyser. Je n'ai pas de temps à perdre avec toi, quand bien même tu serais le dieu que tu prétend être. »


Yamai poussait et cognait à la frontière de ma conscience, et je me dis que ç’avait été une erreur de rechercher de la compagnie dans cette ville. Si je n'étais pas venue, je n'y aurais pas trouvé cet antipathique personnage, et il ne m'aurais pas tant poussé à bout. Mais le mal était fait à présent, et je n'avais plus les moyens de reculer... Je ne pouvais que faire un monstrueux effort sur moi-même pour maintenir le démon en moi, malgré que le désir de le laisser sortir se fit plus fort.

J'avais envie de le laisser éclater, de le laisser réduire cet avorton à ce qu'il était : un être à peine digne de ramper à mes pieds, comme les autres... Mais c'était Yamai qui parlait... C'était Yamai qui parlait... C'était Yamai...

« Va-t'en maintenant. »


J'avais presque crié.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 33
Date d'inscription : 27/06/2016
Localisation : Quelque part entre mon univers et le tiens

Feuille de personnage
Power Level: 28 565
Power Level en Kili: 0
Inventaire:
Lun 4 Déc - 0:12
TITRE

Alors que la plus sombre des deux âmes avait partiellement pris le contrôle, elle me répondit des choses encensés, qu'elle allait me nommer "machin"... Prétextant une situation improbable et teintée de sarcasmes... Malgré tout, je ne m'énervais pas de nouveau. Je venais de remarquer quelque chose de très intéressant. La première entité ne voulait absolument pas laisser le contrôle à la seconde et la seconde ne voulait qu'une seule chose : avoir le contrôle. Et il semblait aussi que ma légère bousculade eût aidé la face cachée de cette créature à se dévoiler un peu plus...
Et alors qu'un long sourire commençait à émerger sur mon visage, l'entité hôte me fit une menace des plus amusante : elle allait libérer la bête si jamais je retouchais à son âme hein ? Cette menace ne put m'empêcher de relâcher un léger ricanement, léger certes, mais qui devait avoir mis hors d'elle mon interlocutrice. Et savoir cela me faisait d'autant plus sourire.

"Oh, mais je t'en prie, ce serait un plaisir que de voir cette entité à l'œuvre !"

Cependant, sa phrase suivante fit régresser mon sourire, selon la créature mortelle, j'étais plus susceptible de savoir ce qui lui était arrivé qu'elle... Pourquoi disait-elle cela... Je cherche dans ma mémoire, mais je suis certain de ne jamais l'avoir rencontré, j'aurai remarqué une telle puissance parmi des êtres huma... Oh... Je vois... C'est cet Homme... Je me souviens très bien d'un Homme qui avait échangé les âmes de quelques-uns de ses congénères contre des connaissances scientifique sur l'âme... Je me souviens lui avoir rit au nez avant de disparaître, lui expliquant qu'il pourrait en effet manipuler les âmes avec cette connaissance, mais pas les voir... Il aurait réussi ? Ou alors aurait-il travaillé à l'aveugle ? C'est fascinant !

"C'est fascinant !"

Oui, je l'exprimais aussi à haute voix, je continuais d'ailleurs dans mon élan en parlant pour moi, mais évidemment la jeune femme était suffisamment proche pour entendre.

"Non, il aurait utilisé un processus de fusion d'âme, mais pour en diviser une... Cela a dû détruire l'enveloppe d'origine de l'entité... Mais c'est malin..."

Je fus sortie de mes songes par une soudaine vague de puissance de la part de l'âme de cette créature, en fait, la vague n'était pas seule... L'entité démoniaque avait trouvé une faille dans la conscience de la jeune femme après mes petites bousculades et était en train de s'engouffrer à l'intérieur, prenant doucement le contrôle... J'avais devant moi comme un ballon gonflé à sa limite... La moindre secousse et boum ! Les chaînes sont rompues. Mais avant de jouer avec la bête, il fallait bien que je finisse de briser la belle.

"Tu ne comprends pas, je n'avais besoin que de l'observer... Mais bon... Oh ! Aussi, je préfère te prévenir, même si la bête avait le pouvoir de me tuer, ce qui n'est pas le cas, il ne me faudrait que quelques jours avant de te retrouver. Admettons que tu sois monstrueusement puissante : pourrais-tu vivre en subissant des assauts quotidiens ? Parce que si jamais tu fais l'erreur de me tuer, je ne te laisserai pas tranquille avant que ton âme ne soit réellement mise en pièces. Crois-moi, ce serai une erreur pour toi et une perte de temps pour moi."

Oui... Je pouvais voir l'âme grandir, le démon ne toquait plus à la porte, il essayait de l'enfoncer à grands coups de griffe et de crocs. Et lorsque la femme hurla, l'une de mes mains prit forme pour frapper un grand coup dans cette âme déchirée... Je lui avais offert un choix, elle a décidé de son sort. Le libre-arbitre est réellement une plaie.

"J'en ai assez de discuter avec une enfant. Maintenant, c'est l'autre que je veux voir."

Alors que je disais ça, deux autres mains prenaient forme dans mon dos, prêtes à ré-enchaîner le toutou s'il s'avérer asocial.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 27/06/2016
Age : 25
Localisation : Notre belle planète bleu~

Feuille de personnage
Power Level: 34 850
Power Level en Kili: 0
Inventaire:
Lun 4 Déc - 19:07
Impasse incompréhensible

ft. The Unnamed


* Ce type me débecte. Laisses-moi simplement nous en débarrasser.*


Je devais admettre que la demande de Yamai était vraiment tentante. Voir le sans nom mordre la poussière me faisait envie, au point que j'en avais presque l'eau à la bouche. Je voulais l'écraser, le réduire à une pulpe sanguinolente, au point de le terroriser à jamais de par ma simple présence. Peut-être que cela vaudrait la peine de laisser sortir Yamai... Après tout, il aurait sans doute bien de quoi se défouler avec cet avorton... Mais la perspective qu'il cherche à se venger et à nous harceler me refroidissait quelque peu. S'il avait raison, et que la mort ne suffisait pas à l'écarter du monde des vivants... Il me fallait peser le pour et le contre, et à Yamai aussi.

Le souci, c'était que ce dernier continuait son œuvre de destruction sur mes barrières mentales, et peu à peu je sentais sa conscience me submerger.

Juste un peu. Cela serait tellement plaisant de ne plus me sentir mal, de ne plus avoir l'impression d'être en permanence déchirée entre deux instincts contraires... Pourquoi pas..? Et puis, si cela nous permettait de nous débarrasser de cet ennuyant personnage, qui s'amusait encore à...

Une nouvelle bousculade. C'en fut trop. La conscience de Yamai, la conscience de Yamiko, toutes deux se fondirent dans le même désir de violence et l'air sembla s'épaissir autour de nous. Nos doigts s'agitaient de légers spasmes alors que notre union s'opérait, que nos conscience n'en formaient plus qu'une dans un grondement sourd qui sembla faire vibrer l'air même qui nous entourait. Un éclair noir crépita, suivit d'un autre, et encore un autre, et bientôt l'énergie sombre sembla nous embaumer totalement. Notre corps entier s'écailla, se transforma, et partant de notre cœur nous nous retrouvâmes vêtue de plumes d'un noir d'encre. Le processus se poursuivit jusqu'à nos omoplates, d'où jaillirent deux ailes du même noir que celui de notre parure. Dans un dernier crépitement assourdissant, la transformation s'acheva, et ce ne fut plus Yamiko qui se trouva le sans nom. Ce fut nous.

La métamorphose n'avait pas été discrète. De nombreux étages plus bas, de nombreux regards s'étaient tournés vers le ciel, à la recherche de l'origine du bruit et de cette étrange lumière qui semblait absorber toutes les autres. Nous n'en avions cure. Notre pied s’avança d'un simple pas, nous rapprochant de la créature pitoyable qui nous tenait tête. Dieu, mortel, démon, peu nous importait. Il n'aurait même pas eu sa place à notre cour comme simple valet. Il n'était qu'un microbe, un moins que rien qui se permettait de jouer avec des choses qui le dépassait totalement. Comme notre âme.

« J'espère que la vision te plait, petit homme... Parce-que tu l'as voulu. »


Douée d'une rapidité difficilement concevable, notre main jaillit pour saisir le collet de l'impertinent qui osait se jouer ainsi de nous et nous le repoussâmes sur quelques mètres. S'il voulait s'amuser à bousculer, nous pouvions également lui montrer que nous en étions capable. Sauf que nous, nous n'avions pas besoin de passer par des invocations pour montrer que nous étions forte. Car notre puissance était enfin à son paroxysme.

« Sais-tu seulement qui tu as la prétention de menacer ? Nous sommes Yamai, seigneur démon du Makai, et toi tu n'est rien. »


Un fin sourire étira nos lèvres. Qu'elle était délicieuse, la sensation d'être enfin entier ! Plus de séparation, plus de retenue, nous étions nous-même, libre de faire ce que nous voulions, et en tout premier lieux libre de mettre Osomnum au tapis. Au final, qui était ce sans nom ? Rien qu'une poussière sur notre chemin, un incident de parcourt. Il aura au moins eu le mérite de nous permettre de fusionner, de redevenir ce que nous aurions toujours dû être. Hum...

Pour cela, il méritait peut-être d'être épargné.

Le regard que nous posâmes sur lui était plein de toute la condescendance du monde.

« Peut-être allons-nous finalement te laisser vivre ta vie, petite chose... Estimes-toi heureux que tes petits jeux puérils aient au moins contribué à nous réunir. »


Sans plus accorder la moindre once d'attention à ce providentiel personnage, nous lui tournâmes le dos pour embrasser du regard la ville qui nous tendait les bras.La rage brulait en nous. La volonté de faire avaler ses organes à notre frère, le désir de faire ployer l'armée du Ruban Rouge pour ce qu'ils avaient osé nous faire, pour ce qu'ils avaient eu la bêtise d'envisager... Contrôler un seigneur démon ? N'avaient-ils pas présumé de leurs forces ? Si, de manière colossale... Et maintenant, ils allaient payer. Après tout, nous étions sur leur planète, et Osomnum pourrait attendre... A la simple idée de ce qui nous attendait, notre langue siffla entre nos lèvres, en rehaussant la teinte carmine.

Des humains. Tant de faibles humains, et tous si pleins d'espoir pour l'avenir, pour leurs propres ambitions... Chacune des petites lucioles d'énergies que Yamiko avait perçu, avant notre union, était un esprit, une âme, qui voulait fonder un foyer, gagner en renommée, vivre... Et aucune d'entre elle ne se doutait du fléau qui allait lui tomber dessus.

Notre main se leva vers le ruban qui ceignait encore notre chevelure. Un seul humain, un unique représentant de cette race, n'avait pas essayé de nous utiliser. Mais il était mort, comme tous ceux-là mourraient. Et au final, que représentait-il pour nous ? Dix-huit années de vie, une période ridiculement courte, une broutille... Mais le docteur Shyren resterait quelque part dans notre mémoire. Les autres auraient le choix : Nous servir, ou périr. Il n'y aurait aucune alternative.

Bientôt, le Ruban Rouge se rendrait compte qu'il existait une menace plus importante que la pathétique armée de Pilaf. Et bientôt, Pilaf ferait la même constatation.

Et le sans nom ? Qu'il poursuive donc sa vie, nous n'en avions plus rien à faire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 33
Date d'inscription : 27/06/2016
Localisation : Quelque part entre mon univers et le tiens

Feuille de personnage
Power Level: 28 565
Power Level en Kili: 0
Inventaire:
Lun 4 Déc - 20:13
TITRE

Enfin... Je pouvais voir la chrysalide de cette créature génocidaire lentement se briser, emportant la lumière et l'espoir des Hommes avec elle... Le ciel se couvrait rapidement, devenant aussi sombre et rougeâtre que celui du Makai, de puissants éclairs d'énergie brisant cette réalité de façon aléatoire alors que le physique de mon interlocutrice changeait du tout au tout, elle devenait plus menaçante, plus sombre, même sa voix avait changée. Mon sourire reprenait lentement place, déchirant mon visage alors que sa nouvelle forme avait enfin finit d'apparaître... Et la bête n'avait pas seulement pris le dessus, une fois qu'elle récupéra le contrôle du corps, elle absorba partiellement l'âme de la première entité, c'était magnifique, un pur condensé de haine. Mais soudain, elle approcha d'un pas. Avait-elle seulement avancé que je fixais son regard. Ses paroles furent dans un premier temps satisfaisantes, mais elle me repoussa de quelques mètres alors que mes yeux s'éteignaient lentement... Malheureusement, son ego aussi était devenu bien plus grand...

"Sais-tu seulement qui tu as la prétention de menacer ? Nous sommes Yamai, seigneur démon du Makai, et toi tu n'est rien."

... Les seigneurs démons sont tous ainsi... Ils pensent pouvoir défier les dieux... Ils pensent pouvoir prendre leur place... Ils nous insultent... Mais surtout : ils ne remarquent pas qu'ils sont dépassés...
Je me redressais lentement, riant relativement bas, mes yeux reprenant lentement leur lumière, mais celle-ci était devenue rougeâtre... Et je pouvais le ressentir, mon âme n'était plus éparpillée en un millier de pièces, mais était devenue autant d'âmes liés les unes aux autres. C'était donc ça ? Je savais que ma puissance pouvait être décuplée... Mais je ne pensais pas que cette forme aurait aussi cet effet sur moi... Je me sens étrangement bien... Et ma Vision du Monde avait changé... Je pouvais tout voir... Ce n'était plus un monde sombre teinté de la couleur des âmes, mais un monde empli de couleurs et les âmes n'en était que d'autres. Et alors que je me faisais lentement à cette nouvelle perception, le démon en face de moi avait décidé de... De m'épargner ?... Je ne pouvais retenir un nouveau rire. Sa puissance avait tant augmenté qu'elle n'avait pas remarqué que l'une de mes mains n'était plus derrière moi.

"Tu as été négligeant..."

Le démon me tournait ensuite le dos. Oui, il était négligeant... Si aveuglé par son pouvoir qu'il ne prenait même plus de précaution vis-à-vis de moi. J'aurai dû être furieux, vouloir détruire son âme encore et encore jusqu'à ce que même l'enfer, elle ne puisse le rejoindre. Mais non, j'étais amusé, amusé de voir que la créature était si négligente, amusé de voir qu'elle croyait avoir pris le dessus avec cette nouvelle forme, amusé enfin, de penser être supérieure à un Dieu.
Mon corps ne faisait qu'un pas avant de se retrouver face à la créature, debout sur l'immeuble se trouvant juste en face, plus bas, les faibles Hommes étaient effrayés devant l'apparence de "Yamai". Ils n'avaient pas même pris conscience de ma présence de l'autre côté de la rue. Cependant, je savais que Yamai, lui, m'avait vu et c'était tout ce qui comptait. Arborant mon sourire, déformant mon visage, je me mettais à rire à gorge déployée avant de prendre parole.

"AHAHAHAHAHAHAHAHAH !! Ton âme est déjà entre mes mains "seigneur démon Yamai". NE TE PRENDS PAS POUR UN DIEU !"

Alors que je hurlais ma dernière phrase, je refermais violemment la main qui s'était agrippée à l'âme du démon, je le savais assez puissant pour y résister. Cette créature été bien plus protégée que l'erreur de laboratoire que j'avais précédemment rencontré. Mais il était certain qu'elle en souffrirai, le démon serai bien plus furieux encore, mais il allait surtout comprendre le fossé qui sépare les seigneurs des Dieux. Il n'était plus temps de discuter. Maintenant qu'il avait refusé de me laisser regarder son âme, je comptais bien la lui arracher après avoir arraché sa vie.
La simple idée d'avoir était insulté de "rien", d'"Homme", de "machin" et de "petite chose" faisait vibrer mon corps tout entier. Ce n'était pas de l'excitation, pas une simple envie de lui prendre son âme, non, c'était bien plus fort que tout ça, plus fort même que l'envie d'obtenir un jour une âme complète, c'était une envie de meurtre, de carnage, de dépecer cette misérable créature mortelle qui avait eu le culot de me prendre pour l'un des insectes de cette planète.
Il n'allait pas s'en tirer simplement en mourant. Une fois que je l'aurai tué, je comptais bien aller le trouver en enfer pour lui ôter une fois de plus la vie. Détruire même l'essence de son existence. Oui, ce n'est pas de la colère que je ressens, c'est de l'amusement... Plus précisément : le frisson de la chasse.

Mon corps tut entier était parcourut par cette sensation, mes yeux redevenaient lentement et profondément sombres alors que mes mains apparaissaient lentement tout autour de moi. Oui, je ne comptais pas en finir simplement en oppressant son âme. Je comptais bien faire ne sorte qu'il ne reste de cette créature qu'une charogne brûlée et réduit en charpie. J'allai sûrement perdre un indice sur les recherches que j'effectue sur les âmes... Mais ça n'avait pas d'importance, j'avais assez d'information grâce au souvenir auquel la jeune femme m'avait fait penser. Et je savais qu'un simple humain, aussi important soit-il, serai plus facile à manipuler que cette bête de foire se prenant pour un seigneur démon. Ce que je voyais devant moi ce n'était que les restes d'une créature jadis respectable, mais qui aujourd'hui n'était plus que méprisable.

"Ton exécution sera lente et douloureuse."


HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 27/06/2016
Age : 25
Localisation : Notre belle planète bleu~

Feuille de personnage
Power Level: 34 850
Power Level en Kili: 0
Inventaire:
Sam 9 Déc - 12:02
Impasse incompréhensible

ft. The Unnamed


« Ôtes-toi de notre chemin. »


Décidément, le sans nom avait décidé de nous emmerder. Téléporté devant nous, sur le toit de l'immeuble d'en face, il se mettait à nouveau en travers de notre route. Il aurait été facile de le contourner, mais nous n'avions aucune envie de laisser passer ce nouvel affront... Mais nous n’eûmes pas le temps de bondir sur ce gêneur que nous eûmes l'impression d'une main se resserrant violemment sur nous, une douleur vive explosant dans notre poitrine.

Le souffle coupé, nous tombâmes sur les genoux, nos ailes battant lentement derrière nous. Cette force nous paraissait étrangement écrasante, bien au delà de celle que notre partie humaine avait perçu avant notre réunion... Comment avait-il gagné tant de puissance ? Nous étions écrasé, compressé, et nous portâmes notre main à notre cœur en serrant les dents alors que le sans nom déblatérait au sujet de sa puissance, et de l'exécution qu'il allait nous infliger. Mais il était hors de question de le laisser faire sans réagir. Nous venions de nous réunir, ce n'était pas pour trouver la mort par l'intermédiaire de cette aberration de la nature.

Nous dûmes nous faire violence pour arriver à nous relever. La douleur qui saisissait chacun de nos muscles nous était pénible, mais elle ne nous empêcherait jamais de venir à bout de nos objectifs. Nous avions déjà connu la sensation de mourir, de la vie s'échappant de notre corps meurtri, et même le déchirement de notre âme, et cette douleur n'était rien à coté. Au contraire, elle nous donnait force et détermination.

Tout plutôt que d'être séparé à nouveau.

Nous arrivâmes finalement à nous redresser sur nos deux jambes, sans porter d'attention à ceux qui nous observaient depuis le sol. De là où ils étaient, ils ne devaient voir que deux points noirs vaguement humanoïdes, mais cela ne les empêchaient pas de nous regarder.

Nous devions trouver une parade à cette mascarade... Les dents toujours serrées pour lutter contre la douleur, nous levâmes une main et appelâmes les ténèbres, qui se répandirent autour de nous en vagues nauséabondes. L'obscurité sembla engloutir le monde, plongeant les rues dans le noir le plus total. Plus un lampadaire, plus un écran ne brillait, nous étions à présent le seul à pouvoir discerner quoi que ce fut dans un rayon d'un kilomètre autour de nous... Nous nous demandâmes si le sans nom pouvait nous voir en percevant notre âme, mais au moins ne pourrait-il plus deviner nos gestes précis.

Mais peut-être cela avait-il été une erreur... Cette simple action nous avait vidé de nos forces, et nous tombâmes à nouveau à genoux, le souffle court. Un gémissement échappa à nos lèvres, venu du fond de notre gorge, et nous nous figeâmes.

Incapable de lutter contre ce pauvre type... Comment espérer retrouver Osomnum et obtenir notre vengeance si nous ne sortions même pas vivants de notre première rencontre après notre réunification ? Nous étions tout bonnement pathétique... Mais il était hors de question que nous nous abaissions à le supplier. Nous n'aurions pas du l'épargner... Si nous avions agit tout de suite, peut-être n'aurait-il pas connu cette impressionnante augmentation de sa force, et peut-être n'aurait-il pas resserré autant sa prise sur notre âme enfin reconstituée.

« Lâche notre essence... Immédiatement... »


Le contact de cette main sur notre âme nous était tout bonnement insupportable. Nous sentions ses coutures, a peine faite, céder sous la poigne, une impression extrêmement désagréable. Nous devions nous rapprocher du sans nom avant qu'elles ne cèdent, avant que nous ne redevenions Yamiko et Yamai. Nos ailes remuèrent plus fort dans notre dos, et nous nous envolâmes finalement pour rejoindre le toit d'en face, que notre vision nocturne nous permettait de voir. Nous percutâmes le sans nom, certes avec moins de force que nous ne l'aurions voulu à cause de la souffrance qui serrait notre poitrine, mais nous le percutâmes tout de même. Peut-être qu'en le déstabilisant de la sorte, il nous lâcherait enfin ?

Si sa main desserrait sa prise sur notre âme, nous aurions peut-être la possibilité de nous enfuir, de disparaitre... Cette perspective était dégradante au possible, mais nous n'avions pas le choix. Nous n'avions pas le pouvoir de lutter contre le sans nom, et si par malheur sa prise sur notre âme l'amenait à se fragmenter à nouveau, il nous serait d'autant plus difficile de nous réunir à nouveau. Et nous avions lutté assez longtemps pour ne pas avoir à mener cette bataille à nouveau.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 33
Date d'inscription : 27/06/2016
Localisation : Quelque part entre mon univers et le tiens

Feuille de personnage
Power Level: 28 565
Power Level en Kili: 0
Inventaire:
Mar 12 Déc - 14:49
TITRE

La puissance m'emplissait tellement... Je sentais mon corps entier qui suppliait d'en laisser échapper, il tremblait légèrement ; mon âme, elle, ne faisait pas que trembler, les milliers de morceaux qui la composaient semblaient graviter au centre de mon être, c'était aussi fascinant que jouissif, je n'avais que refermer ma main sur l'âme de cette pauvre créature qu'elle semblait déjà aux abords de la mort. Cependant, comme l'avait si bien expliquer mon précédent adversaire, c'est lorsque l'animal est acculé qu'il est le plus dangereux... Et je ne faisais pas attention, concentrer sur ma puissance pour me familiariser avec elle. Soudain, le monde sombra dans les ténèbres. Un milieu que je connaissais particulièrement bien, mais cela ne m'aidait pas à en voir plus qu'un autre. Je ne discernais que les âmes dans ces ténèbres. Celle de ma proie qui se rapprocha rapidement, mon corps prit trop de temps à le remarquer, ainsi, elle ne me percuta pas assez violemment pour me faire perdre l'équilibre, mais assez pour me permettre de me concentrer de nouveau sur ce qu'il se passait autour de moi. Il voulait que je relâche son essence hein ?... Pour qui me prenait-il encore ? Pour l'un de ses laquais ? Pour un pauvre démon pitoyable ?! Non, moins encore que ça. Je faisais disparaître la main autour de son âme après y avoir appliqué une dernière pression, profitant de la douleur qu'elle devait offrir au démon pour arracher l'une des longues antennes du toit sur lequel nous étions, faisant traverser au morceau de métal l'aile puis la jambe du démon dans un mouvement rapide, précis et violent. La créature ainsi accrochée au toit, je lui présentais ma main, ouverte, lui montrant deux minuscules fragments d'âmes, l'un blanc, l'autre noir avant de refermer ma main, faisant disparaître les fragments.

"J'ai ce que je voulais. Tu peux fuir maintenant, mais j'aimerais te rappeler que tu aurais pu me donner ces fragments sans souffrir."

Je me tournais dos à la créature, observant les âmes plus bas qui étaient toutes terrifiés, il devait y avoir des soldats du ruban rouge dans le tas, qui étaient soit là pour récupérer leur jouet, soit là par hasard. Et je ne suis pas Dieu à croire au hasard.
Je me retournais de nouveau vers celui qui se faisait appeler Yamai, usant de mon pouvoir pour arracher le vulgaire morceau d'acier qui l'avait cloué là.

"Tu avais le choix entre le chemin calme et l'impasse sinueuse, tu as choisi l'impasse. J'avais le choix entre me salir les mains et faire preuve de pitié, j'ai fait preuve de pitié. Incompréhensible n'est-ce pas ?"

Je riais doucement pour moi avant de faire apparaître une nouvelle main devant le démon, cette dernière prenant sa forme de grande gueule de dragon.

"Bientôt, je serai complet. Je te déconseille de traîner avant de rejoindre le Makaï, il n'y a que là-bas que tu seras en sécurité... Pourquoi je t'épargne pour maintenant te donner un conseil ? Tu m'as permis de ressentir une puissance émanant de moi que je n'imaginais pas posséder, c'est ma façon de te montrer ma gratitude. Je ne suis pas aussi rancunier que vous autres démons."

Sur ces mots je n'attendais plus que de voir cet ennemi disparaître, je lui avais offert une seconde chance et en vérité, je voulais qu'il se lance sur moi pour avoir le plaisir de briser ce qu'il reste de son âme en un seul coup. Mais encore une fois, j'aime laisser le choix aux mortels. Je me demandais si Yamai allait de nouveau choisir l'impasse incompréhensible...  


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 27/06/2016
Age : 25
Localisation : Notre belle planète bleu~

Feuille de personnage
Power Level: 34 850
Power Level en Kili: 0
Inventaire:
Jeu 31 Mai - 12:09
Impasse incompréhensible

ft. The Unnamed


Nous étions vaincu, avec une telle facilité... La tige de fer, pourtant anodine, transperça notre aile et notre chair avec une telle facilité que nous ne réussîmes pas à retenir un cri de douleur. L'humiliation était à son comble, même lors qu'il retira l'antenne et qu'il nous tourna le dos pour déblatérer ses inepties. Le sans nom... Était un adversaire de valeur, mais exécrable au possible.

Mais la pression s'était enfin relâchée autour de notre âme, maintenant amputée d'un fragment. Après tout ce que notre essence avait subi, ce dernier outrage était insupportable. Mais si cette confrontation avait pu nous apprendre quelque chose, c'était que nous étions loin d'être aussi puissants que nous ne le fûmes jadis, à l'époque où nous exercions notre pouvoir sur notre cour démoniaque. Osomnum, puis le Ruban Rouge, avaient bien fait leur travail.

De fait, nous n'avions pas le niveau suffisant pour rivaliser avec le sans nom.

Nous nous décidâmes donc à appliquer notre résolution de tantôt. Nos ailes se déployèrent largement, nous arrachant une grimace en tirant sur nos muscles blessés, mais nous nous envolâmes finalement alors que les ténèbres persistaient dans les rues en contrebas. Sans demander notre reste, nous nous en fûmes, cherchant à mettre le plus de distance entre nous et le sans nom.

Mais ce n'était pas finit... Nous nous retirions à présent, tout en nous faisant la promesse qu'un jour nous rencontrerions à nouveau le sans nom. Et ce jour-là, nous reprendrions le fragment d'âme qu'il nous avait volé. D'ici là, nous nous entraînerons, nous gagnerons en puissance, jusqu'à acquérir la force nécessaire. Ce sans nom serait un bon entraînement avant d'atteindre Osomnum.

_________________
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Ball Another :: Zone RP :: Terre :: Villes-
Sauter vers: