Un forum de RP basé sur Dragon Ball, le manga d'Akira Toriyama, dans un monde où nos héros ne sont jamais nés...
 

 :: Zone RP :: Plant :: Plaines Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quand on parle du loup solitaire, on en voit la queue [entraînement solo]

avatar
Messages : 35
Date d'inscription : 28/11/2017

Feuille de personnage
Power Level: 25700
Power Level en Kili: 0
Inventaire:
Dim 3 Déc - 0:02
L'aube pointait enfin à l'horizon par delà les crêtes des montagnes aux flancs rouges, ses rayons se déversant timidement sur la plaine. Mais dans le ciel, il brillait déjà depuis longtemps, et Kodaïan ne l'avait pas attendu pour déverser sa frustration contre un adversaire imaginaire qu'il rouait de coups de poing et de pieds dans une danse solitaire aérienne.
Le guerrier céleste enchaînait ses feintes et contre dans le vent, balançant des volées de directs pour prendre la distance et déconcentrer son éventuelle cible pour se rapprocher et finir le travail avec une pluie de crochets, appréciant comme souvent de conclure enfin par de grands balayage au talon. De tels assauts faisaient généralement mordre la poussière à ses adversaires sans même qu'il n'encaisse un coup.

Mais en ce début de journée, ce qui rendait le Saïyan habituellement stoïque si grincheux n'était pas l'absence d'impact lors de ses combos favoris, ni de s'être éveillé avant le soleil, mais bien sa dernière défaite. Comme n'importe quel natif de Plant, Kodaïan était fier, orgueilleux même. Se faire mettre au tapis était une véritable humiliation qu'il ne digérait jamais, quel que soit l'adversaire. Mais au moins, d'habitude, lorsqu'il était vaincu par plus fort que lui, le guerrier se faisait une raison...et surtout tirait un plaisir presque malsain de triompher plus tard, savourant ainsi pleinement sa progression.
Ruminer ses pensées assombrit encore son humeur, et Kodaïan finit par retourner à terre pour reprendre son souffle et trouver quelque chose à casser. Il jeta son dévolu sur des rochers à portée, les fracassants à coup de poings jusqu'à les réduire en petits morceaux, et les éjecta à l'autre bout de la plaine en shootant dedans. Ce qui enrageait le Saïyan, c'était d'avoir perdu contre un minable.


"Tch !"

D'un kikoha, il vaporisa ce qui pouvait rester du malheureux caillou à proximité. Lui qui s’enorgueillissait tant de défaire des adversaires plus puissants que lui n'arrivait pas à admettre d'avoir échoué face à plus faible. Il avait été plus rapide, plus malin, dominant aisément le combat du début à la fin. Il s'était même permis de le provoquer, croisant les bras pour le terminer à coups de pied, plastronnant allègrement grâce à sa supériorité...
Puis il s'était fait avoir ! Lui faisait ravaler son stupide orgueil et l'humiliant horriblement, son rival à demi-vaincu était parvenu à saisir sa queue, le privant de toutes ses forces à cause d'une bête mégarde, et s'était battre comme plâtre sans même pouvoir réagir.
Depuis, Kodaïan essayait de dépenser ses nerfs comme il pouvait en cherchait une façon de se venger. En regardant l'état dans lequel il avait mis le rocher, il commença à se dire qu'il avait mieux à faire que détruire leur fragile écosystème, ou que simplement tabasser le salaud qui l'avait eu en traître. Oui, il y avait bien mieux qu'une simple victoire...il se faisait déjà le film, de cette revanche, frappant encore plus fort, plus vite, jetant au sol son ennemi, qui tenterait certainement la même fourberie. Peut-être même qu'il lui tendrait la queue, pour l'y inciter...mais cette fois, cette fois oui, il sera prêt.
Le Saïyan tourna un peu la tête pour regarder son appendice velu, qui remuait derrière lui. Il savait qu'il était possible de l'entraîner, de faire en sorte qu'elle ne soit plus un point faible. En fait, le guerrier se demandait même désormais comment était-il possible qu'il ait été si stupide qu'il se soit laissé une telle ouverture.

Le problème était : Comment s'y prendre ? Brièvement, il se creusa la tête. Les entraînements marchaient mieux à deux, mais il s'imaginait déjà mal demander à qui que ce soit de l'aide, alors certainement pas pour ça. "Hé salut mec, tu peux m'tenir la queue pour m'entraîner ?" peu importe la façon dont il le retournait dans sa tête, ça sonnait mal.
Enfin bon, il ne trouverait pas sans essayer ! Et puisqu'il faut bien un début à tout, le Saïyan tendit la main pour se saisir lui-même de son appendice et tira dessus. Ses genoux flanchèrent alors que ses forces le quittaient brutalement. Ses doigts se desserrèrent d'eux-mêmes quand il tomba à quatre pattes, stupéfié par l'effet que cela provoquait même de sa propre main.
Tout d'abord furieux, il y trouva bien vite un avantage au final. Si l'effet était similaire, c'est qu'il pouvait travailler avec la certitude de faire quelque chose d'efficace...quand il aura trouvé comment faire. Après tout, il ne pouvait pas y avoir de honte s'il était seul à se voir ! Si bien que Kodaïan se remit sur pieds, et attrapa à nouveau sa queue. Première étape : Rester debout !
Quand il rouvrit les yeux, l'esprit encore embué de vertiges et le nez dans la poussière, il comprit avoir tiré si fort qu'il s'était évanoui...et se dit que ce n'était pas gagné. Fort heureusement, le guerrier savait se montrer excessivement persévérant lorsqu'il était motivé ! Et nulle motivation n'était plus grande que le désir d'une juste vengeance !

Trop fier pour commencer assis, Kodaïan continua à se tirer la queue fermement campé sur ses deux pieds. Enfin, fermement...pas longtemps en tout cas. Mais après plusieurs essais, et lamentables écroulements dans la poussière, le guerrier parvint enfin à rester debout même alors qu'il tirait depuis plus d'une dizaine de secondes, bien qu'il ne sache pas vraiment si c'était sa queue qui se faisait plus ferme à l'adversité ou sa ténacité qui s'améliorait.
Enhardi par ses "succès", il choisit de passer à l'étape supérieure...mais tout d'abord il alla chercher un solide petit-déjeuner. Un bon Saïyan a toujours faim, et ces exercices tendaient à creuser un trou étrangement. Puis, revenu de sa petite chasse éclair, il resta suspendu à quelques mètres du sol, stabilisant son vol et fermant les yeux pour se concentrer sur ce qui lui était encore plus naturel que marcher, et empoigna son appendice. Aussitôt, son altitude chuta de façon chaotique. Lui qui régnait en maître incontesté dans le ciel se retrouvait incapable de seulement maintenir son cap, et bientôt se retrouva étalé par terre. Furieux, il frappa le sol du poing, creusant une fissure, puis se remit debout et s'épousseta avant de tenter une nouvelle approche.
A nouveau, il se campa bien sur ses pieds et tira sur sa queue. La faiblesse le frappa à nouveau, durement, mais il parvenait au moins à tenir debout...pendant un moment, ce qui l'encourageait à penser que c'était possible de progresser dans cette idée. Et tant qu'il s'en sentait encore capable, il essaya de s'envoler. Un bon plan sur le papier, si l'on puis dire...mais un échec cuisant dans la première tentative qui lui fit juste perdre l'équilibre et le peu d'énergie que l'exercice lui laissait, et il retourna par terre.
Ca allait être long...


Et ce le fut. Disparaissant de la circulation, le Saïyan travailla son nouveau programme du matin au soir, du soir au matin. Après quelques jours, il parvenait à nouveau à décoller de quelques centimètres, et à retomber à peu près quand il le voulait. Au bout de deux semaines, il recommençait à se déplacer sans trop de mal, au sol comme dans le ciel, bien qu'il ne puisse encore le faire rapidement. Mais outre l'excessif ennui de la routine, Kodaïan commençait à avoir l'impression de stagner.
Alors il trouva de nouveaux exercices. Au début, il essaya de casser des rocs avec sa queue. Etonnamment, c'était faisable...mais il s'arrêta après quelques brefs essais. Ca marchait peut-être, mais ce n'était vraiment, vraiment pas supportable créfieu. A la place, le guerrier de l'espace commença à essayer de tracter des trucs avec. Le soucis était qu'il y avait peu de chose qu'il puisse saisir avec, et qui soit assez lourd pour l'entraîner. Au final, il abattit un arbre et agrippa une branche avec son appendice avant de s'envoler avec. L'essai fut assez...inélégant. Son vol, habituellement gracieux et précis comme le scalpel d'un chirurgien, ressembla alors plutôt à une oie ivre morte lâchée sur dans un manège, en plus d'être exténuant. Mais c'était une continuité intéressante, alors il persévéra.
Après quelques heures, et un généreux casse-croûte, il fit en plus des tractions pendant que son vol devenait de plus en plus net. Son orgueil lui soufflant que ce n'était pas assez, il commença à traîner son "haltère" 100% bio au milieu d'autres arbres pour qu'il s'y accroche et décupler la masse à tirer. Comme souvent, l'expérience se conclut tout d'abord par un râle étouffé et un "plaf" misérable. Précédé de quelques "bonk" et autres "cracs" quand il s'écrasa entre les branches jusqu'au sol.

Bientôt, Kodaïan n'y fit même plus vraiment attention. Enfin presque, parce qu'un foutu baobab au bout de la queue, non seulement c'était lourd mais ça le déséquilibrait en vol à chaque changement de trajectoire, même le plus infime. Puis, ses nerfs lâchant après cet insupportable, long et humiliant entraînement, il jeta le tronc au sol et le massacra jusqu'à le réduire en tas de sciures. Il en avait assez de se tirer la queue tout seul, les Saïyans étaient faits pour se battre, pour sentir des os se briser, pour faire mordre la poussière à des rivaux et non pas pour promener des arbres au milieu de nulle part ! Le guerrier ressentait le besoin presque physique d'expérimenter le fruit de son labeur, de mesurer dans le meilleur des tribunaux : La bagarre !
Quelque peu anxieux, l'Astral s'envola toutefois jusqu'au village le plus proche pour y lancer un défi public. Hélas, il était déjà passé plusieurs fois par ici dans les années précédentes et avait maintes fois prouvés qu'il était bien trop fort pour le commun des civils. Et quand bien même cela devait leur en coûter, les villageois préférèrent reconnaître leur impuissance que de relever son défi...ce qui n'arrangeait pas les affaires de Kodaïan, qui trouva rapidement une condition alléchante à ajouter : Sans les mains, et dans les pieds.
L'offre paraissait tellement absurde que même les plus idiots flairèrent un piège. L'Astral était réputé pour ses ruses, parfois vicieuse, et toujours très douloureuses...mais on le savait à peu près loyal également, comme n'importe quel Saïyan devrait l'être. Et pour les plus braves du village, fuir un défi malgré une telle contrainte serait une honte dont ils ne se relèveraient pas. Leur honneur, leur dignité de guerrier était en danger !

Mû par l'insouciance stupide de la jeunesse, un jeunot qui devait tout juste porter le nom d'adulte s'avança, résolu à clouer le bec à ce prétentieux. Fidèle à sa parole, Kodaïan s'éleva de quelques dizaines de centimètres en croisant les bras et les chevilles, un demi-sourire au coin des lèvres. Mais prenant trop au sérieux l'affaire, dès que son challenger esquissa le moindre geste, il vola comme une flèche et le percuta avec violence, l'expédiant aussitôt contre une maison, dont il traversa le premier mur et s'écrasa contre le second, avant que le bâtiment ne s'écroule sur lui. Mais cela ne surpris guère les villageois, le gamin devait être un idiot immature. En revanche, cette petite démonstration parut refroidir les moins hardis.
Un vétéran releva le défi en tapant son poing dans sa paume, et bondit sur l'Astral. Il était vif et robuste, un ancien soldat de rang moyen. Quand il fut à deux doigts de l'attraper, Kodaïan pivota pour l'esquiver, s'élevant d'un demi-mètre et profita de la rotation pour lui flanquer un coup de queue en pleine figure avant de faire un tour dans l'autre sens, encore plus vite. Cette double bifle parut secouer autant que surprendre le challenger le vétéran, qui n'en démordit toutefois pas et tenta de le tacler.
A l'aise dans les airs, Kodaïan n'eut qu'à changer sa position de vol pour esquiver, et en profita pour balayer sa jambe d'un coup de queue et le faire tomber. L'expérience paraissant plutôt bien engagée, il commença à se fendre d'un plus grand sourire. Le guerrier commença même à s'ennuyer quand le vieux Saïyan entama son troisième assaut. Une troisième charge, soupira l'Astral en roulant des yeux et esquivant de la même façon que la première fois.
Seulement l'ancien soldat s'y attendait et bloqua la queue cette fois, avant de l'attraper fermement. Ca y est, il avait gagné pensa-t-il. Mais Kodaïan leva seulement un sourcil offensé, et secoua cette extension velue, baladant bientôt à volonté son adversaire qui s'y agrippait désespérément. Puisqu'il ne voulait pas lâcher prise, il commença à le frapper au sol. Au quatrième coup ses doigts se desserrèrent enfin et l'Astral le frappa à la tête, avant de l'attraper par la cheville et de s'élever en commençant à tournoyer, de plus en plus vite, pour finalement le balancer au loin.

Quand il retourna au sol, un large sourire étirait son visage rigide. Il devina sans peine à leurs expressions qu'aucun autre villageois n'irait prendre le risque de se faire humilier à coup de queue, et malgré leur faible niveau, Kodaïan considéra l'expérience comme une réussite et s'envola vers la capitale, impatient de prendre sa revanche et de voir la tête déconfite que tirerait l'autre larve lorsqu'il lui éclaterait les dents plus que de raison, maintenant qu'il avait un nouveau tour dans son pantalon et un point faible en moins, sa victoire serait éclatante et il n'allait pas se priver d'en profiter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Ball Another :: Zone RP :: Plant :: Plaines-
Sauter vers: