Un forum de RP basé sur Dragon Ball, le manga d'Akira Toriyama, dans un monde où nos héros ne sont jamais nés...
 

Y a l'feu à la montagne ! [PV. Fenryka]

 :: Zone RP :: Zélod III :: Montagnes Enneigées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 8 Aoû - 17:40
Akiles Ekos
Akiles Ekos
Messages : 6
Date d'inscription : 13/06/2019

Feuille de personnage
XP: 0
Power Level: 1 700
Inventaire:
La vie était plutôt tranquille dans les montagnes enneigées. Il ne se passait pas grand chose, mais c'était un lieu parfait pour les personnes qui avaient besoin de se ressourcer d'une façon ou d'une autre.

Il y avait bien sûr quelques événements dans les petits villages cohabitant avec la neige, qu'ils soient bons ou mauvais. Il y avait un peu plus d'accident que dans une des vastes plaines de Zelod, des enfants ou des adultes coincés sous la neige, un arbre qui tombe sur une maison… Cela faisait partie des rares événements permettant à Akiles de sortir de son isolement, lui qui a construit sa maison en dehors de tout village.

Il se déplaçait pour apporter son aide, notamment sa magie de soin pour remettre les blesser sur pied. Toutefois, cet événement allait le faire travailler sur un problème plus profond. Alors que le Zélodien se trouvait en bord de forêt, en train de ranger du bois qu'il venait fraîchement de couper, un signal dans le ciel attira son attention. Il porta plus soigneusement son regarde en direction de cette étrange masse, qui semblait provenir sur un bout de montagne plus éloigné… C'était de la fumée noire…

« Un départ de feu ?… Je devrais peut-être m'y rendre. »

Le renard délogea son katana de son fourreau, le laissant léviter devant lui. Il fit un bond et ses deux pieds se sont alors superposé à sa lame. Tel Marty sur un overboard, il s'élança dans les airs afin de rejoindre le point de départ de ce supposé incendie.

En survolant le village, Akiles pouvait remarquer la panique dans le village. Les petits êtres couraient dans tous les sens. Et il y avait de quoi, une maison était en train de se consumer entièrement. En plus de cela, les points d'eau ne sont pas forcément faciles à trouver autre que sous forme de glace. Le renard blanc accéléra sur son engin – presque – révolutionnaire pour atterrir en face de la maison.

A cet endroit, le crépitement intense du feu se mélangeait aux cris de panique des renards. En parlant de cela, une silhouette tentait difficilement de sortir des flammes. Voulant aider, Akiles usa de sa ferromancie et modela l'armure de son bras pour en faire un plus grand bouclier. Ça allait chauffer, mais il fallait agir vite. Il s'élança dans les flammes à pleine vitesse, arrivant au chevet de la silhouette. Par chance, la Zélodienne avait déjà réussi à se frayer un chemin, et se trouvait dans ce qui devait être l'entrée de la maison. Ailes le protégea des flammes devant lui en positionnant le bouclier face à eux et avança, évitant les morceaux de bois encore en train de brûler sur le sol.

Une fois en dehors des flammes, la renarde se jeta au sol, alors qu'un autre arrivait pour lui porter les premiers secours. Alors qu'Akiles allait apposer sa main pour participer au soin, cette dernière lui attrapa le bras.

« Ma… Ma fille... »

« J'y vais ! »

Le sang d'Akiles ne fit qu'un tour. Une enfant se trouvait encore dans la maison en flamme… Tant pis pour les blessures, la vie de cette enfant était bien plus importante. Ni une ni deux, le Zélodien s'élança de nouveau dans les flammes, bouclier en main. Arrivé dans le bâtiment, il ressentit une chaleur bien plus importantes qu'à l’extérieur. À l'aide de sa main droite, il porta son foulard à son visage, préservant ses voix respiratoires de la fumée qui se dégageait. Le Zélodien avançait dans la maison, évitant les morceaux de bois tombant au sol, encore en feu. Il devait faire vite, sinon la maison allait s'écrouler sur lui et sur l'enfant.

Alors qu'il avançait dans les flammes, le renard blanc commençait à entendre ce qui s’apparentait à des pleurs. C'était difficile de voir clairement ce qu'il se passait avec des flammes aussi proches de soi, il avait donc décidé de suivre le son comme il le pouvait. À la source de ce bruit, une petite Zélodienne était assise contre un mur, pleurant avec les mains sur les yeux. Akiles lui attrapa le bras, elle retira les mains de devant ses yeux encore humides.

« Je vais te faire sortir ! Vite ! »

La petite hocha la tête. Par chance, elle était assez petite et légère, ce qui a permis à Akiles de pouvoir la tenir avec uniquement l'aide de son bras droit. Il courut en direction de là où il était venu, mais un énorme bruit se fit entendre. Le toit au-dessus de l'entrée de la maison s'était écroulée.

« Cache-toi bien le visage. »

La fillette s’exécuta, et le renard blanc la serra contre lui. Il prit une impulsion, bouclier en avant, et passa au travers des décombres. Aux yeux des Zélodiens en dehors de la maison, des morceaux de bois venaient de voler, et ils virent l'un des leurs s'extirper des flammes, bouclier en avant, et fillette dans l'autre bras.

Il se rattrapa sur ses jambes, et déposa la petite devant un groupe de Zélodiens. Il se retourna en direction de la maison.

« Que tous ceux qui peuvent user d'une magie d'eau ou de glace se joignent à moi ! »

Quelques renards se sont alors empressés de le rejoindre. Ils levèrent tous leurs mains. Les mages d'eau bombardaient la maison de jets d'eau, tandis que les mages de glaces s’empressaient de faire apparaître de la neige au-dessus de la bâtisse. Après quelques minutes d'effort, le feu s'était enfin éteint, laissant apparaître les ruines d'une bâtisse entièrement noircie.

Akiles se dirigea ensuite vers la petite. Il avait remarqué qu'un de ses bras présentait des marques de brûlures. Il passa sa main au-dessus du bras de l'enfant. Une lumière verte en sortait, et la blessure de la petite commençait à disparaître.

« Vous avez une idée de ce qui a pu déclencher cet incendie ? »

Voilà une bonne question. Les incendies dans les montagnes étaient très rares, pour ne pas dire inexistant. La plupart des habitants savent allumer un feu ou user de leur magie des flammes avec sécurité, il s'était peut-être passé quelque chose. Peut-être une petite inattention.

La petite renarde, répondit d'une voix légère.

« Je ne sais pas, maman n'avait même pas encore allumé de feu... »

Voilà qui était étrange… Se pourrait-il que quelqu'un ait incendié la maison ? Cela semblerait improbable… Une créature de feu ? Dans les montagnes ? Cela l'est encore moins… Akiles n'arrivait pas vraiment à comprendre comment cet incendie avait pu être provoqué.

« L'un d'entre vous aurait-il vu quelque chose d'anormal dernièrement ? »

Il n'avait plus qu'à s'en remettre aux habitants. S'il ne s'agissait pas d'un accident, alors cela veut dire  que quelqu'un ou quelque chose en est à l'origine, et cela pourrait être dangereux. Akiles devait enquêter s'il ne voulait pas que le village soit de nouveau sous l'emprise des flammes.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 13 Aoû - 9:42
V.Fenryka
V.Fenryka
Messages : 15
Date d'inscription : 27/06/2016

Feuille de personnage
XP: 0
Power Level: 2550
Inventaire:
Aujourd'hui, dans l'épisode de l'Inspecteur Akilès. Tandis qu'il glandait comme d'habitude sur sa montagne où on se les pèle, le renard aperçoit une fumée inquiétante au loin et se précipite pour en savoir plus. Arrivé sur place, il découvre un violent incendie ravageant une maison, et n'écoutant que son courage, se rue à l'intérieur pour sauver un maximum d'innocents. Heureusement qu'il y avait aucun criminel reconnu dans le bâtiment, sinon l'accident aurait pris des allures de barbecue.
Une fois les victimes sauvées, l'inspecteur Akilès reste vigilent. Ce brasier l'intrigue, car les bâtiments prennent rarement feu au beau milieu d'une montagne glacée habitée par des magiciens. Désireux d'en savoir plus sur cette affaire, il commence à interroger les habitants.
Comme le plus souvent, les civils se révéleront inutiles, incapables d'en dire plus long que "euh...j'en sais rien, j'ai juste vu une grosse fumée et entendu des cris", avant de l'aiguiller vers truc ou machin qui habitait de l'autre côté par rapport à l'axe anti-zénithal septentrional par rapport à la maison, ou quelque chose du genre.
Mais après une éprouvante recherche, une piste commence à se dégager. Plusieurs villageois lui ont fait été d'une étrangère, vêtue comme si elle s'ennuyait la nuit, arborant le roux et le noir très discrets dans les lieux, avec une peau couleur fauve et de grands cheveux blancs. Un autre témoin ajouta qu'elle agissait bizarrement, comme si elle n'avait pas toute sa tête.
L'inspecteur Akilès aurait pu en rester là, si un dernier témoignage ne vint pas étayer ses doutes. Une jeune fille prétendait avoir aperçu une grande silhouette aux couleurs d'Halloween s'éloigner dans la nature peu avant que l'incendie n'éclate. Un fait des plus fiables, puisque nul n'aurait su dire où était désormais cette étrangère.
Pensant tenir la piste, du coupable ou tout du moins d'un complice, le Zélodien se lance à la poursuite de l'inconnue au regard de braise...

Reprenons désormais le cours des événements.

Mais quel pays de zoufs ! Qu'est-ce que j'étais venu foutre dans ces congères glacées bonjour de bon sang ? Et voilà, j'me caille tellement les miches que j'm'embrouille dans mes jurons maintenant. C'est bien Fenry, toi qu'aime pas le froid, tu t'es retrouvée t'es même pas sûre de comment dans une montagne enneigée.
En plus j'ai plus rien à boire. J'ai beau regarder au fond du goulot ou lever le coude, plus rien ! Complètement à sec la renarde ! Pourquoi y'a jamais à picoler sur ce monde, qui va se faire détruire de toute façon, hein ?
Ouais, bon. Tandis que je titube en claquant des dents, me réchauffant tant bien que mal en dosant maladroitement ma magie car j'ai oublié mon manteau dans ce...triste incident, je cherche une petite grotte où me terrer pour pleurer misère.
Oui, car le petit village plus bas...bon, ils m'ont regardé de travers quand je suis arrivée en zigzaguant, emmitouflée dans une cape de laine, puis m'ont louché dessus quand je l'ai retirée, exhibant dans le vouloir mes courbes généreuses en me rapprochant du feu et en demandant quelque chose de bon à boire.

Et puis...là c'est le drame. Je crois. Les événements sont un peu flous, mais je crois bien que j'ai laissé mon esprit être absorbé par l'âtre rougeoyant, me relaxant en contemplant sa danse paisible en le nourrissant de temps en temps pour qu'il reste vigoureux.
Et...je crois que c'est là que ça a dégénéré. Nah, parce que j'aime bien le feu moi, surtout quand je me caille. Sans le vouloir, j'ai du commencer à faire gonfler le brasier, petit à petit. Sauf que plus le feu est gros, plus il me fascine, et...quand je suis revenue à moi, il était en train de bouffer la cheminée et y'avait un mouvement de panique.
M'est avis que j'ai gaffé là. On m'a embarquée dehors à bras-le-corps avant que je n'aie le temps de faire quoique ce soit, et comme j'étais encore pas mal torchée, donc pas raisonnable, et que je me suis dit que ça allait chauffer - mais pas de la façon que j'aime - pour mon cas quand ils réaliseraient que c'est ma faute, j'ai...discrètement filé dans la neige, préférant me tirer en douce avant de me faire lyncher.
Et c'est comme ça que je me retrouve sans manteau, sans bouffe et sans bouteille dans la toundra. Et j'ai froid.

Quand je débusque enfin une petite grotte, je suis frigorifiée. Heureusement que j'utilise la télékinésie pour alléger mon poids, pourtant léger, afin d'effleurer à peine la surface des neiges pour ne pas me geler les pieds ni m'enfoncer, ainsi que pour ramasser du petit bois sur la route.
Parce que ce renfoncement minuscule à première vue dans la pierre, il est mignon, mais il fait toujours froid sa race ! En plus il protège que dalle du vent !
Alors ni une, ni deux, je jette mon bois par terre et y fout le feu. Tant pis si les autres pécores me retrouvent, je préfère encore qu'ils me débusquent en train de claquer des dents que raide comme une planche !
Revenir en haut Aller en bas
Mer 14 Aoû - 15:55
Akiles Ekos
Akiles Ekos
Messages : 6
Date d'inscription : 13/06/2019

Feuille de personnage
XP: 0
Power Level: 1 700
Inventaire:


Fenryka

NOM
Prénom

「 Y a l'feu à la montagne ! 」
« Non, je n'ai rien vu. »

« Je n'ai aucun souvenir d'un quelconque départ de feu. »

« J'aimerais vraiment vous aider, malheureusement je n'ai aucune information à vous délivrer. »

« Quoi ? Y a eu un incendie ? »

Tel un inspecteur, Akiles interrogeait les différents habitants du village en quête d'indice pour trouver d'où ce feu aurait bien pu partir. Sauf qu'aucun d'entre eux ne semblait avoir vu quoi que ce soit. Bien sûr, on tentait de le rediriger vers quelqu'un qui pourrait en savoir plus, mais la même phrase s'enchaînait avec des mots différents.

Le renard blanc se retenait de se tirer les cheveux face à ce mystère. Un feu ça se démarre pas comme ça, tout seul. Surtout dans une montagne enneigée !
Toutefois, au bout d'un moment, plusieurs villageois étaient partis à sa rencontre. Ils voulaient lui faire part de quelque chose. Le Zélodien accepta de les écouter, de toute façon il n'avait pas grand-chose d'autre à faire s'il voulait trouver une piste.

C'était que cela commençait à devenir intéressant. Ces habitants affirmaient qu'une Zélodienne – certains de leurs détails ne laissant aucun doute sur son genre – étrangère aux villages étaient arrivés. D'autres villageois lui ont alors affirmé cette information, il avait même de quoi se dresser une idée de l'apparence de cette renarde. Habits rouge et noir, peau de couleur fauve et des longs cheveux blancs.
Un Zélodien un peu âgé lui expliqua ensuite qu'elle agissait étrangement, qu'une personne dans un état normal ne réagirait pas comme ça. Avait-elle été victime d'un sortilège ? Lui qui pensait que les montagnes étaient un endroit sûr…
Alors qu'il réfléchissait encore, une petite Zélodienne tirait sur sa cape pour attirer son intention. Il se mit à genoux, avec un petit sourire, pour lui demander ce qu'elle avait à lui dire. Elle lui avait expliqué qu'elle avait vu une grande dame partir vers l'extérieur du village. En lui donnant les caractéristiques délivrées par les villageois, la petite acquiesça qu'il s'agissait bien de cette personne.

L'aspirant inspecteur renardesque état également sûr d'une chose. De tous les témoignages, tous avaient ce point commun de préciser qu'il n'avait pas revu cette personne depuis l'incendie. C'était peut-être elle, ou complice, ou alors peut-être qu'elle avait vu quelque chose elle aussi.
En tout cas, c'était de là qu'il devait partir. Il frotta sa main dans les cheveux de la petite pour la remercier et commença à suivre la direction qu'elle lui avait indiquée.

Et paf ! Premier problème ! Aucune trace de pas dans la neige, absolument rien. Ça va être marrant pour les recherches ça. La renarde avait possiblement utilisé la télékinésie pour se porter elle-même pour ne pas laisser de trace dans la neige.
Akiles réussissait bien à se porter avec la télékinésie sur on katana, il se disait que n'importe quel Zélodien devait être capable de se porter lui-même s'il y mettait de la bonne volonté.

Bon, pas le choix, il allait falloir suivre la direction dans laquelle la gamine l'avait vu partir. Akiles s'enveloppa plus soigneusement dans sa cape, afin d'éviter le froid. Il marcha pendant quelques temps, cachant de temps à autre ses yeux des rayons du soleil qui se reflétait sur la neige au sol.
Du blanc, du blanc, du blanc. Il ne voyait que ça ici, forcément avec autant de neige ! Il ne voyait plus que ça, du blanc… Sauf là en fait, c'était un peu gris et noir dans le ciel, bizarre…

Attendez un peu…

Akiles secoua légèrement sa tête de gauche à droite. Non il ne rêvait pas, il y avait bien de la fumée dans le ciel. L'endroit était complètement paumé, mais c'était au moins une piste à explorer.
Cela pouvait être cette Zélodienne, ou bien quelqu'un qui vit reclus ici et qui aurait pu possiblement voir quelque chose… En tout cas, étant donné la minceur de ce nuage de fumée, ce n'était pas une autre maison d'un autre village autrement en train de flamber.

Le renard blanc décida donc de se diriger vers l'endroit d'où provenait la fumée. Il était encore du côté intérieur de la montagne, et assez près. La personne devait se trouver dans un renfoncement. Mais, au vu de la direction du vent, cela ne devait pas être le meilleur endroit pour se protéger du froid.

Après quelques minutes de marche, le Zélodien commençait à voir un feu se dessiner au loin, le renfoncement dans la montagne créait une ombre qui permettait d'enfin y voir quelque chose.
En tout cas, toujours pas de trace de pas, cette personne n'avait vraiment pas envie de toucher à la neige.
Le feu de camp était assez près de l'entrée d'une petite grotte, peut-être que la personne était à l'intérieur pour se protéger du vent le plus possible. Akiles entra donc à l'intérieur du renfoncement de la montagne.

Il y avait bien quelqu'un à l'intérieur. Long cheveux blancs, peau couleur fauve, habits noirs et rouge, elle n'était pas très habillée pour survivre à un temps pareil par ailleurs, mais soit, pas de doute, c'était elle.
Cependant, elle n'avait pas l'air dans son assiette. Malgré le feu qui était devant la grotte, elle grelottait de partout, elle devait être frigorifiée.

« Euh… Excusez-moi, est-ce que vous allez bien ? Vous avez besoin d'aide ? »

Il espérait tout de même qu'elle n'allait pas prendre peur, ou qu'il allait comprendre ce qu'elle allait lui dire si le froid ne la faisait pas trop claquer des dents.
Et si le Zélodien réussissait à avoir une discussion avec elle, il songeait déjà à lui demander ce qu'il s'était passé dans ce village pour qu'une maison entière prenne feu.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 14 Aoû - 23:52
V.Fenryka
V.Fenryka
Messages : 15
Date d'inscription : 27/06/2016

Feuille de personnage
XP: 0
Power Level: 2550
Inventaire:

Ah bah bien, Fenry. Non seulement tu fais des boulettes cataclysmiques, pour une fois que tu te laisse aller à consommer massivement un liquide inflammable - et pourtant, c'est pas toi qui crame, c'est ce qui t'entoure - tout en te pelant les miches dans une montagne que t'aurais évité si t'avais eu deux neurones actifs, mais en plus quand tu te décides à faire quelque chose d'utile pour ta survie, tu te retrouves à te faire débusquer comme un lapin ! Bien. Bien joué, inutile renarde.
Enfin, je me forçais à être plus...logique, c'était peut-être juste un aventurier ayant vu de la fumée et s'étant dit "et si j'allais me réchauffer ?" entre Zélodiens, faut bien se serrer les coudes, pas vrai ? C'est pas parce que j'ai encore fait une boulette que toute ma planète, dont l'avenir va bientôt s'arrêter...ou pas, j'en sais rien, je sais plus, veut ma peau, hein ?

J'étais presque prostrée au coin de mon minuscule feu qui chauffait que dalle, les trois pauvres bûchettes humides faisant plus de fumée que de chaleur en se consumant péniblement, les bras serrés autour de mes genoux pour essayer de me tenir chaud à moi-même, quand un gus random se manifesta, et sa première question fut "est-ce que ça va ?"
Je t'en foutrais du "ça va ?", crétin !


"Co...comme le disais j...jadis...le grand s-sage Frolix...tout en haut de sa m...montagne sacrée..."

Je me levais d'un coup, dansant d'un pied à l'autre en frottant vigoureusement mes mains sur mes bras en essayant désespérément de me réchauffer.

"Putain ! Ça pèle !"

Je fus tentée de lui offrir une tête façon " >A< " tandis que je citais un merveilleux proverbe à la vulgarité léchée à ce pauvre homme qui n'avait rien demandé. Enfin si, il avait demandé une connerie. Ben tant pis pour sa pomme.

"J'me les cailles ! J'ai faim ! J'ai froid ! J'suis paumée, j'suis un peu bourrée, et tout ça parce que l'autre truffe hirsute m'a dit que c'monde était foutu ! Alors non, ça va pas !"

Je me frottais la poitrine en laissant tomber toute pudeur, car ces foutus réservoirs à graisse ne suffisait pas à m'épargner le froid mordant de la neige, et mes chairs intimes transparaissaient sous mon vêtement, habituellement fin car je vivais dans les zones chaudes, de façon tout à fait évidente, et ça faisait même mal dans cette caillante épouvantable !
Oh et puis j'en ai marre ! Je tendis le bras vers la branche digne de ce nom la plus proche, l'arrachant d'une traction télékinétique pour la jeter dans le foyer improvisé, et d'un claquement de doigt l'embrasa violemment, avant de me précipiter auprès des flammes avec un sourire éperdu.
Du feu ! Du chaud ! De la couleur ! Voilà ce que j'aimais ! Alors au nom de toutes les oreilles de Zélod, qu'est-ce que j'étais venu foutre ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Lun 19 Aoû - 15:22
Akiles Ekos
Akiles Ekos
Messages : 6
Date d'inscription : 13/06/2019

Feuille de personnage
XP: 0
Power Level: 1 700
Inventaire:


Fenryka

NOM
Prénom

「 Y a l'feu à la montagne ! 」
La Zélodienne ne tarda pas à répondre, tentant désespérément de prononcer des phrases entières malgré l'intervention du froid, la faisant claquer des dents.
Elle semblait vouloir prononcer la parole d'un certain sage Frolix – dont Akiles n'avait jamais entendu parler – avant de changer totalement de caractère.

Sans prévenir, la renarde se leva d'un coup sec, alternant les petits pas tout en se frottant les mains. À l'écoute de son magnifique juron, le renard blanc avait alors compris que cette femme était littéralement frigorifiée.
Elle énonça par la suite tous ses problèmes un à un, tout en insistant sur la température ambiante. Elle devait marcher ici depuis plusieurs jours pour manquer de nourriture et d'eau. Mais, pas de doute possible, il s'agissait bien de la Zélodienne décrite par les villageois, peut-être que l'alcool avait participé à l'origine de l'incendie, elle qui avait précisé être « un peu » bourrée.

Toutefois, le motif de cette gueule de bois étonnait légèrement le Zélodien… Quelqu'un lui aurait parlé de la fin du monde ? Une truffe hirsute ?…
Akiles croisa les bras, et perdu son regard vers le plafond de la grotte, tentant de comprendre ce que cela pouvait signifier. Qui était cette « truffe hirsute » ? Et s'il devait y avoir une fin du monde, le Bibliothécaire n'aurait alors pas pris la peine de prévenir les habitants de Zelod ?
Il y avait également une autre raison pour laquelle le renard blanc levait les yeux au plafond. En effet, la renarde ne se gênait pas de frotter son buste, caché sous une soie très fine, laissant transparaître les mouvements de ce dernier, ainsi que la réaction en chaîne du froid sur ce dernier.

Tout à coup, la renarde tendit le bras. Akiles entendit alors un craquement. En se retournant, il avait pu observer que la renarde avait cassé une branche de l'arbre le plus proche afin de la jeter dans son feu et de la faire éclater en un incroyable brasier.
D'un côté, Akiles n'avait clairement plus de doute, elle était bien la Zélodienne qu'il recherchait, mais en voyant son état… Pouvait-il vraiment lui en vouloir ? Elle ne devait certainement pas avoir toute sa tête au moment des fais…

Un jour, sa sympathie le perdra.

Akiles poussa un léger soupire en regardant la Zélodienne se rapprocher du feu, se satisfaisant de la chaleur. Il la regarda pendant quelques secondes et décida tout de même de l'aider. Il retira sa cape de ses épaules. Il n'en avait pas vraiment besoin, étant donné qu'il s'était habitué à la température.
Il se dirigea alors vers la renarde, puis l'enroula dans sa cape, ne laissant apparaître que sa tête.

Il ne prononçait pas un mot. Il ne voulait pas déranger, et préférait que la renarde se calme un peu d'elle-même, tout en lui ramenant ce dont elle avait besoin pour reprendre des forces.
Il se positionna près du « feu »… Ce n'était qu'un tas de branches, encore humides pour la plupart. Le renard se retourna, voyant plusieurs petits rochers et galets au fond de la grotte. Il usa alors de sa télékinésie pour les rapprocher et les positionner autour de feu. Ainsi, la chaleur évitera de se perdre, et le feu s'éteindra moins vite – et ils éviteront de brûler eux aussi-.

Suite à cela, Akiles détacha une partie de l'armure sur son bras gauche. Il prit le morceau de métal dans sa main. De petits éclairs en jaillissaient, et le morceau changeait de forme, prenant celle d'une tasse. Il ramassa ensuite de la neige qui était au sol.
Ensuite, il planta la garde de son katana dans le sol, afin qu'il ne bouge pas. Il posa sa main sur le bas de la lame. Cette dernière se courba, également entourée de faibles éclairs. Elle s'amincit et pris la forme d'une sorte de broche, dont se trouvait une petite plaque en son centre. Il posa alors la tasse dessus, dans le but de faire fondre la neige. Il attendait que la neige fonde, mais aussi que l'eau bout, afin de la stériliser. Il pourrait ensuite la refroidir avec sa magie de glace. Il ne faudrait pas que la renarde se brûle alors qu'elle était déjà en train de geler sur place.

Une fois cela fait, il parti alors se mettre assis à côté de la Zélodienne.

« Je pense déjà avoir résolu quelques-uns de tes problèmes. Une fois que l'eau aura bouillit, je pourrai la refroidir un peu pour que tu puisses la boire. »

Lui disait-il en montrant un nuage froid s'échapper de sa main, attestant de sa maîtrise de la magie de glace.

« Pour ce qui est de la nourriture, j’imagine que je pourrai te dépanner là-dessus également. J'ai un peu de réserve chez moi, un peu plus loin sur un flanc de montagne. »

Il faudra également penser au village et à la maison brûlée. Akiles le voyait, cet incident n'était certainement pas volontaire. Il y avait peut-être quelque chose à faire.

« Je ne comprends pas vraiment ton histoire de fin du monde ou de truffe hirsute. Par contre, il y a peut-être quelque chose à faire pour le village. »

Le renard tourna la tête, laissant paraître un léger sourire compatissant.

« Si on leur explique la situation, je suis sûr qu'ils seront compatissant et qu'on pourra alors arriver à un arrangement. »

Le Zélodien arracha alors lui aussi une branche de l'arbre le plus proche à l'aide de sa télékinésie, et s'en servit pour réarranger les branches du feu afin de le préserver.

« Ah, et j'aurai peut-être dû commencer par là. Je m'appelle Akiles Ekos. J'ai aidé les villageois à stopper l'incendie. Ne t'inquiètes pas il n'y a pas eu de blesser, mais il faudra sûrement procéder à quelques travaux pour que la maison soit de nouveau habitable. »

Akiles laissa alors la branche qu'il tenait tomber dans le feu. Il fallait attendre encore un peu pour que l'eau se mette à bouillir. Peut-être aurait-elle envie de parler de quelque chose en attendant ?
Revenir en haut Aller en bas
Lun 19 Aoû - 20:41
V.Fenryka
V.Fenryka
Messages : 15
Date d'inscription : 27/06/2016

Feuille de personnage
XP: 0
Power Level: 2550
Inventaire:
J'avais oublié à moitié la présence de l'autre machin lorsqu'il déposa sa cape sur mes épaules. M'enroulant dedans par réflexe avant même de le réaliser, je levais ensuite des yeux aussi curieux que plein de gratitude envers ce parfait inconnu au grand coeur, et observait avec une relative admiration sa façon de plier le métal pour façonner gobelet et broche pour faire fondre de la neige et faire de l'eau.
Ben oui pauvre pomme ! La neige c'est de l'eau solidifiée ! Pourquoi que t'y as pas pensé, hein ? Ton cerveau aussi il a gelé ?
Mais bref. Quel bien étrange bonhomme que voilà, fort dévoué et serviable qui me propose le gite et le couvert tout en faisant montre de ses pouvoirs de glace. Heureusement qu'il ne l'a pas fait en chanson, ou j'aurais ajouté le feu à ses versets.

Il semblait quelque peu...perplexe quant à mes explications. Bon, qui ne le serais-pas, je me le demande. Déjà que moi-même je suis pas super au point dans le cheminement logique de ce bouzin, alors ce pauvre gars qui vient de me trouver, j'ose pas imaginer.
Puis il me parle du village...et je sens mes oreilles s'aplatir sur mon crâne, et pas à cause du froid alors que mes yeux s'écarquille et que mon sourire tordu se fige.
Oh merde. Il vient du village. LE village dont je viens de me débiner parce que j'ai allumé autre chose qu'un mâle esseulé. Je vais me faire engueuler, et bien comme il faut, car là j'ai merdé.

Ou pas ? Ou pas. Car de ce que je comprends, ce gugus, ce "Akilès" est juste un bon samaritain - oserais-je dire, une bonne poire - qui vit en...probablement ermite dans ce paysage désolé et désespérant qui me pique du bout des orteils à celui des oreilles, me faisant regretter de ne pas avoir plus de fourrure un peu partout, a aidé à stopper l'incendie qui heureusement, n'a pas fait de victimes autre que matérielle, et qui propose de régler l'incident diplomatiquement.
Alors très honnêtement, et je suis sûre que ça se voit sur ma tronche, là, tout de suite...j'ai pas envie. J'ai franchement peur de la réaction de ces braves péquenots de la montagne, et j'ai pas du tout envie de me faire lyncher à cause d'une boulette de trop.
Déjà, dans mon propre patelin, ils sont pas bien jouasses quand je fais cramer un truc à proximité...alors de parfaits inconnus, dans un bled paumé, alors que je suis une étrangère aux rondeurs prononcées...je doute qu'ils se montrent si bienveillants que ça.


"Beuuuuh..."

Comment je lui dis que j'ai pas envie de mourir, sans avoir l'air lâche, irresponsable ou tout simplement arriérée ? Hé ben j'en sais rien.
Un frisson me secoue, et je m'enveloppe de plus belle dans la cape en foudroyant du regard, au sens métaphorique seulement, le brasier pour le faire gagner en intensité, avant de tourner un visage plus doux...et gêné vers mon bienfaiteur en me rappelant que je manque à la politesse la plus élémentaire.


"Moi on m'appelle Fenryka...et je te remercie pour la cape, et pour l'eau aussi, et ton invitation...et aussi ta volonté de nous réconcilier, les villageois et moi, et..."

Bordel mais il est casse-pied en fait à être trop gentil ! J'ai même pas l'occasion de lui dire autre chose que "merci mon brave" ! Si ça continue je vais lui mettre un pain ! Quoique ça ne serait vraiment pas civilisé. J'ai beau crever de froid, je suis quand même au-dessus de ces basses-violences physiques.
Je le catapulterais peut-être chez lui par la Fenryka Air Lines alors. La "FAL". Ca ferait presque un beau nom. Peut-être. J'm'en fous.


"Mais...je crois que je vais plutôt filer discrètement, hein ? Tu leur diras que je suis désolée, et tout ça...je voulais vraiment pas cramer leur baraque mois..."

Je me pince les lèvres avant de dire "moisie". Ces pauvres gens voulaient juste bien faire, et moi j'ai détruit leur maison...et pour ça, je m'en veux vraiment. Ce n'est pas pour rien que je m'interdit tout recours à ma magie favorite au milieu de la civilisation d'habitude.
Baissant la tête vers la neige plutôt que le feu, signe d'abattement profond, je soupire lourdement.


"J'aurais vraiment voulu les remercier comme il se doit...j'avais tellement froid, je voulais juste raviver un peu plus le feu et...et ça m'a encore échappé, et ça a causé une catastrophe de plus, et..."

A demi-désespérée de ma propre situation, me demandant si je dois maudire ou vénérer mon élément de prédilection qui ne sert qu'à me créer des problèmes, je secoue la tête.

"Mais le fait est que c'est arrivé...alors je préfère m'en aller avant de créer un autre drame...Et de finir au bout d'une corde, ou de je ne sais quelle fin du genre prématurée et peu envieuse."

C'étaient des campagnards paumés dans la montagne, et la bimbo random sortie de nulle part à cramé une baraque avant de prendre la poudre d'escampette. Même en montrant patte-blanche, je m'attendais plus à recevoir des pierres que des fleurs...et j'ai pas envie de me faire caillasser, très honnêtement.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 30 Aoû - 23:20
Akiles Ekos
Akiles Ekos
Messages : 6
Date d'inscription : 13/06/2019

Feuille de personnage
XP: 0
Power Level: 1 700
Inventaire:


Fenryka

NOM
Prénom

「 Y a l'feu à la montagne ! 」
Ainsi donc, la renarde se prénommait Fenryka. Un prénom plutôt élégant au final. Toutefois, Fenryka semblait avoir transformé son visage lorsqu'elle entendit notre renard blanc mentionné l'incident du village. Au début, son visage suffisait à comprendre qu'elle se rappelait des événements, puis lorsque Akiles évoqua le fait de parler avec les villageois, ses traits devinrent un peu plus triste.

Après avoir révélé son prénom, la Zélodienne remercia Akiles pour tous les gestes qu'il faisait pour elle. Elle disait préféré s'enfuir et laisser le renard blanc expliquer aux villageois ce qui s'était passé. Le visage d'Akiles se durcit légèrement. Vraiment ? Elle était en train de dire qu'elle n'allait pas assumer ce qu'elle avait fait ?

Mais, d'une seconde à l'autre, le visage du Zélodien passa à un visage de compréhension. Non, ce n'était pas qu'elle n'assumait pas son erreur… Elle avait tout simplement peur. Peur que les Zélodiens du villages s'en prennent à elle au moment même où elle posera le pied dans la neige du village.
Car malgré tout, Fenryka était vraiment reconnaissante de l'hospitalité dont ces derniers avaient fait preuve à son égard. Elle avait peur qu'ils lui en veuillent, et d'un autre côté elle avait aussi peur de refaire une bêtise.

Akiles comprenait très bien ce qu'elle ressentait. Après-tout, lui aussi avait décidé de fuir son village suite à ce qu'il s'était passé.

Il tendit la main vers la tasse, afin d'en vérifier la chaleur.

« Tu sais, je comprends parfaitement ton point de vue. »

L'eau semblait être à bonne température, il était même possible de l'entendre bouillir un peu.

« J'ai… Il s'est passé quelque chose dans mon village natal, quelque chose d'horrible dont je me considère en partie responsable. »

Le Zélodien fit jaillir du froid de la paume de sa main, afin de pouvoir attraper la tasse sans se brûler.

« Et je crois que je n'étais pas le seul à le penser… Mais au lieu d'affronter tout ça, j'ai préféré m'écarter. Et maintenant je me retrouve ici dans les montagnes. Et chaque fois que j’effleure l'idée de retourner à mon village, d'établir de nouveaux liens, j'ai une énorme boule au ventre. Comment cela se passerait-il ? Est-ce qu'on va m'accepter ? Me demander de partir ? Est-ce qu'on va se venger sur moi ? Je n'ai pas la réponse... »

Le renard plaça sa seconde main proche de la tasse, la refroidissant à l'aide d'un nuage frais.

« Mais pour toi ça peut être différent. J'ai parlé avec beaucoup de villageois là-bas. Et aucun ne m'a parlé de vengeance, de torture ou de pendaison. Ils se demandent juste ce qu'il s'est passé. »

Le regard d'Akiles se décala en direction de Fenryka.

« On le sent dans tes paroles. Tu regrettes tes actions, mais cela prouve que tu peux donc les assumer. Car, après tout, tu es reconnaissante envers ces villageois. »

La tasse avait assez refroidi, l'eau était chaude mais pas brûlante, ce sera parfait pour la réchauffer et éliminer l'alcool présent en elle. Le Zélodien tendit alors son bras afin de proposer la tasse à la Zélodienne de flamme.

« Si tu vas les voir, ils sentiront ta reconnaissance, tu peux me croire. Va leur parler avec ton cœur, de la manière la plus simple possible, sans même avoir à chercher tes mots… Je peux te garantir qu'il ne t’arrivera absolument rien. Si tu continues de vouloir fuir pour protéger les autres de toi-même… Alors c'est toi que tu finiras par détruire, et tu n'auras plus d'endroit où aller ou de personne avec qui passer du temps. »

Sur cette phrase, les yeux du renard blanc devinrent un peu plus sombre. Il devrait peut-être appliquer ses propres conseils… Mais ici, la situation est bien plus simple à régler.
Il secoua légèrement la tête, la dirigeant vers Fenryka avec un léger sourire.

« Bien sûr je ne te laisserai pas y aller seul, je viendrai avec toi. Et si tu le souhaites je pourrai t'aider à éviter de recommencer cette erreur avec ta magie. »

Cela faisait longtemps que personne n'avait vu Akiles ainsi. L'incident n'avait pas la même ampleur, mais il rencontrait enfin quelqu'un qui lui ressemblait un petit peu.
Il ne savait pas si c'était une bonne idée, mais cela lui permettrait peut-être d'enfin pouvoir passer du temps avec quelqu'un, plutôt que de rester enfermer dans sa maison et de venir aider les Zélodiens sans réelles envies de créer de liens sociaux.

Fenryka arriverait-elle à commencer à briser la coquille épaisse dans laquelle Akiles s'était enfermé pour se protéger lui-même et les autres ?
Peut-être, peut-être pas.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Sep - 18:03
V.Fenryka
V.Fenryka
Messages : 15
Date d'inscription : 27/06/2016

Feuille de personnage
XP: 0
Power Level: 2550
Inventaire:
Même s'il est un peu collant - et si je n'avais pas le cerveau gelé par ce temps pourri, et que j'étais pas en cavale pour incendie involontaire j'aurais pu penser que c'est parce qu'il louche sur mes appas - le renard était plutôt sympa, même si son anecdote à propos de son village m'était désagréablement familière.
Cela dit, je comprenais parfaitement ses doutes. Moi-même j'y avais eu droit plus souvent qu'à mon tour, et j'étais d'ailleurs en plein dedans. Comme quoi, je m'attendais pas à tomber sur un fanatique de la glace qui a fait n'importe quoi au milieu d'une montagne pelée, et qui soit suffisamment "cool" pour me tendre la main au lieu de me la mettre dans la figure.
Toujours frigorifiée, j'écoutais en silence sa triste histoire en en tortillant une mèche de cheveux autour de mon doigt blanchi par le froid, la mine basse...et les joues un peu rouges, bien plus de honte qu'à cause de la neige. Au lieu de me juger ou me tabasser pour me faire payer mes actes - et les siens - il continuait à m'encourager à prendre la bonne décision, celle que l'honneur, le bon sens et la justice dictaient. Et il était même prêt à m'accompagner pour que tout se passe pour le mieux, pour tout le monde.
Ouaip, c'est pas tous les jours qu'on croise un type aussi sympa quand même...


"Merci...c'est vraiment gentil..."

Honnêtement, j'suis pas sûre que je méritais une telle...faveur. Bon, ça peut arriver à tout le monde d'avoir un accident et de prendre peur, les villageois ne m'auraient sûrement rien fait...surtout si je les avais aidé à contrôler le feu au lieu de me tirer à toutes jambes !
Mais d'après ce qu'il me disait, il n'y avait pas mort de Zélodien, alors il était encore temps de racheter ma boulette !
Enfin, sauf la mienne si je continue à rester dans ce froid ! Les oreilles basses, je me mis à trembler jusqu'au bout des orteils, frigorifiée. Trouvant le petit feu qui chauffait nos tasses ridiculement faible, je levais le doigt et manifestait un feu follet, et tournant l'index je le fis tourner autour de notre campement improvisé en le faisant grossir petit à petit, le nourrissant de mon pouvoir et le faisant enfler jusqu'à ce que la neige se pare de reflets rouges et jaunes et que l'air s'assèche.
Je poussai un soupir de profond soulagement lorsque la température augmenta au sein de la "bulle" incandescente qui fit briller mon regard. C'était beau, le feu. C'était bon, c'était chaud. Plus il y en avait, mieux je me sentais...et puis, il fallait bien nourrir ce beau bébé, pas vrai ?

Je me retins toutefois en grimaçant, mon coeur se serrant un peu, de céder à la tentation. Je venais juste de cramer une baraque ! Si on pouvait éviter que je ne foute le feu à la montagne, ça serait pas mal...cela dit, ça ne m'empêcha pas de laisser la danse des flammes se poursuivre, appelant à moi une petite flammèche que je fis danser dans le creux de ma main et autour de mes longs doigts, sans pouvoir m'empêcher de sourire devant ce ravissant spectacle.


"Tu sais...je maîtrise parfaitement mon pouvoir."

Une légère grimace me crispant le coin des lèvres face à l'ironie d'une telle assurance, je tendis à nouveau le doigt et y enroula ma flammèche, la sculptant d'un simple regard jusqu'à ce qu'elle devienne mon sosie, une minuscule Fernyka tout feu tout flamme, à peine plus longue que mon index, que je fis danser et tournoyer sur un flamenco endiablé.
Je fis de mon mieux pour empêcher le tourbillon "paisible" qui nous maintenait au chaud de s'accélérer, alors que je me sentais bientôt suer sous ma tunique, tant à cause du soudain écart de température que de la fatigue, celle que j'avais accumulé jusqu'ici, et celle qui me prenait sous mon effort actuel, tout en me laissant séduire par ma propre création.
Puis, avec un nouveau pincement à la poitrine, je soufflais mon reflet enflammé et le renvoya au néant avant de ralentir mon bûcher-cyclone qui menaçait à tout instant en fait de prendre de l'ampleur. J'étais pas si assurée que ça finalement, le moindre défaut de concentration prenant des ampleurs dramatiques.
M'enfin, j'étais super contente en fait. Déjà, j'étais au chaud, et j'avais réussi à faire mumuse sans cramer mon nouveau copain ! Si ça, ça méritait pas une vraie cuite entre potes, eh !? Cela dit, la prochaine, on fera ça au bord de la mer. Je risquerais pas de faire une nouvelle boulette.


"Cela dit, j'ai rien contre ta compagnie, tu sais ? je lui adressais un sourire et un clin d'oeil farceur tu n'as pas besoin de jouer au mentor, si tu veux qu'on fasse un bout de route ensemble."

Mes oreilles s'étaient redressées, une fois mon moral rehaussé et mon sang redevenu chaud, et ma queue avait recommencé à s'agiter malgré moi. Je levai la main pour appeler à moi la mini tornade et la compacta à une boule que je réduisis petit à petit à l'état d'une simple bouillotte que je gardai serrée contre moi. J'avais besoin de chaleur malgré tout.
Mais au moins, je retrouvais la forme et l'espoir ! Le monde n'était pas détruit, j'avais tué personne et un type sympa voulait me filer un coup de patte ! C'était l'heure de reprendre goût à la vie, si bien que je pointais un doigt impérieux - au bout duquel brûlait toujours une flammèche, que je m'empressais de souffler avant qu'un nouveau drame ne se produise - vers Akiles.


"Mais une fois qu'on aura réglé mon problème avec le village, on ira régler celui avec le tien ! Tu l'as toi-même dit, ça sert à rien de fuir, et tu sauras jamais ce que pensent tes vieux copains si tu vas pas voir de toi-même !"

Alors que j'avais encore le doigt pointé vers lui, une boule de feu serrée contre la poitrine et que je me tassais à moitié dessus, je me sentis à nouveau rougir en réalisant que de l'extérieur, je devais tout avoir d'une folle complètement excentrique qui a cramé un boulon de trop...et si c'était pas nouveau, ça ne m'empêchait pas de me sentir très bête.
Meh.
/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Ball Another :: Zone RP :: Zélod III :: Montagnes Enneigées-