Un forum de RP basé sur Dragon Ball, le manga d'Akira Toriyama, dans un monde où nos héros ne sont jamais nés...
 

Virgo Fenryka, une louve bien chaude [finie]

 :: Gestion du RP :: Fiches de personnage :: Personnages validés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 29 Juin - 1:42
V.Fenryka
Messages : 2
Date d'inscription : 27/06/2016

Feuille de personnage
XP: 0
Power Level: 1500
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Zelodakos Virgo

Physique

Hmm, je dois donc me présenter ici ? Vous en êtes sûrs ? Hé bien quand il faut y aller...
Ainsi je suis Fenryka Zélodakos, enfin c'est comme cela que l'on me nomme. Je suis, comme mon nom le laisse deviner, une Zélodienne. Plutôt grande d'ailleurs, mais je ne suis pas bien épaisse. Il faut dire que les activités physiques ne sont vraiment pas ma tasse de thé. Guère gourmande non plus, si ce n'est du nécessaire pour faire tourner mon cerveau à plein régime, je n'ai pas vraiment eu l'occasion de m'épaissir...même si certaines mauvaises langues tiennent des propos que je ne qualifierais d'aucune autre façon que jaloux.

Oui, car s'il est vrai que je ne suis pas bien grasse et que ma musculature reste aussi fine qu'une brindille, ce n'est pas pour autant que ma silhouette ne se fait pas remarquer. Sans doute à cause de ma tenue...euh, légère parait-il. Pour moi elle parait normale bien évidemment, mais c'est vrai qu'en y repensant, en la comparant à celles des autres Zélodiens... Les épaules découvertes, les flancs et le dos laissés à nu à l'exception d'un long et large ruban d'étoffe qui flotte derrière moi, me servant à couvrir ma queue particulièrement touffue lorsqu'il se met à faire gris, les hanches à l'air libre et les cuisses à découvert presque jusqu'au genou...moui, à la réflexion, peut-être que je suis vêtue un peu légèrement.
Cela étant dit, la rigueur propre aux Zélodiens ne m'empêcha point un peu de fantaisie. Mes bras sont dissimulés dans de longues manches d'un rouge mat, courant de mes coudes jusqu'à mes mains en laissant mes longs doigts fins à découvert, à l'exception de mes pouces d'où débutent la réelle extravagance que sont les enroulements un peu chaotiques d'une soie comme le charbon qui parcourt mes manches. Je porte un vêtement assez similaire aux jambes, mais cette fois l'étoffe fantaisie se rattache au bas de mon dos, juste au-dessus de la base de ma queue et sert à tenir le tissu en place.

Pour la pièce principale, car oui je n'exposes pas mes atours à tout va, bande de voyeurs, celle-ci commence par un col autour du cou avant de continuer en un genre de tabard, mais uniquement sur l'avant, couvrant ainsi ma poitrine, mon ventre, mon...bref et se poursuivant en une bande de tissu flottante jusqu'au bas de mes genoux.

Comment ? J'ai évité la question ? C'est étrange, je pensais y avoir pourtant répondu...mais puisque vous insistez, je vois que je n'ai pas d'autre solution. Alors oui j'ai une poitrine très généreuse et une jolie croupe, non je ne m'habille pas comme ça pour votre plaisir mais pour le mien, et non ce n'est pas parce que j'aime être légèrement vêtue que je vous laisserais me déshabiller !
Tss...vraiment tous les mêmes. Le reste vous intéresse quand-même, maintenant que vous avez pris un râteau, une pelle et toute la caisse à outils du jardin ? Bon, hé bien je continue alors.

Ma peau est de couleur fauve, et celui-ci qui rigole à ce sujet se fera descendre (oui, j'aime cette blague et vous la comprendrez mieux plus tard). Mon immense crinière un peu sauvage possède l'aspect d'un nuage de crème, la majeure partie de ma chevelure flottant dans dans mon dos au gré des vents, tandis que j'attache par coquetterie deux mèches au niveau de ma poitrine à l'aide d'un petit bijou ciselé. J'ai bien entendu deux grandes oreilles pelucheuses aux mêmes teintes que mes cheveux qui trônent fièrement sur ma tête, et pour compléter le tableau des yeux de rubis aux pupilles fendues, surmontés par la fine ligne de ses sourcils blancs.

On dit souvent de moi que j'adopte des mimiques assez...étranges, voire perturbantes. Que ce soit en faisant la moue ou par mes sourires, j'entends régulièrement dire que mes expressions ont tendance à me rendre énigmatique, complexe comme si j'étais à la fois douce et distante, ou encore oppressante. C'est vrai que mes voisins me disaient souvent ça lorsque j'essayais de les regarder un peu durement. Le fait que j'aime cramer des trucs n'aide pas, j'imagine...mais en vrai, moi j'essaye juste d'être naturelle !

Et puis mince à la fin ! Si vous voulez savoir à quoi je ressemble ,vous n'avez qu'à me regarder ! Comment ? Que voulez vous dire par "vous vouliez juste que je me présente"...vous vouliez juste mon nom ? Mince...

Mentale

Bon hé bien, tant qu'à faire maintenant que je me suis lancée, autant finir le travail ! Et quoi de mieux pour bien commencer que de mettre en avant mes qualités ? Non sans vouloir me vanter, mais il est vrai que j'en possède quelques unes qui ne sont guère négligeables.

Tout d'abord, comme le disait Monsieur Arès, je suis très attentive et intelligente. J'assimile aisément même des connaissances compliquées et sait en faire bon usage. Je suis rigoureuse dans mon travail, sérieuse dans l'effort, mais je sais également être agréable par mon comportement amical et mon goût pour la vie. "Une bonne amie et une bonne élève" disait-il !
Mais ce serait mentir que de prétendre que je suis parfaite, loin de là. Les leçons de monsieur Arès me passionnaient, c'est vrai, et j'ai des prédispositions semble-t-il pour sa matière mais...même avec toute la bonne volonté de Zélod, je me retrouvais souvent à coincer face à d'autres disciplines. Je suis avant tout une passionnée c'est vrai, et j'ai du mal à me concentrer sur ce qui ne me plaît pas...
Cependant il apparaissait alors souvent une autre de mes qualités, se mêlant étrangement à l'un de mes pires défauts...si je suis très persévérante même face à la difficulté, acceptant de me remettre en question sur le long terme et de chercher à apprendre des mes erreurs, je...j'aime pas perdre.

Disons le très franchement, j'ai une sainte horreur de l'échec, et je m'emporte alors. Parfois juste en criant un coup pour exprimer mon mécontentement...parfois de façon un peu plus impressionnante. Toutes mes excuses encore d'ailleurs à madame Poséide pour le lancer de baignoire...j'étais vraiment pas dans mon assiette ce jour-là.
Mais si on fait abstraction également des quelques sujets qui me fâchent, je suis une Zélodienne très calme et assez gentille dit-on souvent. C'est vrai qu'après tout, je n'aime pas la violence, je ne cherche pas à faire étalage de mes pouvoirs ou de ma fierté, et qu'assez ambitieuse lorsque je me fixe un objectif, je ne suis pas du genre à écraser les autres sous ma botte pour obtenir ce que je désire.
Par contre, y mettre le feu...
...
Oui, je sais que ça fait plusieurs fois que j'y fais référence, mais ça c'est mon véritable défaut. Je suis...euh...pyromaniaque ? Autrement dit...bah j'aime cramer des trucs, tout simplement. Mais genre euh, vraiment. J'aime VRAIMENT brûler des choses, à tel point que je le fais même parfois sans vraiment m'en rendre compte. Et encore, c'était pire quand j'étais petite...

Bref ! Sinon dans mes goûts en général...j'aime pas l'eau. Je déteste l'eau et qu'on me touche les oreilles. Ou tout court en fait, c'est vrai. Un petit câlin entre ami, ou dans la famille oui, on échange un peu de tendresse pourquoi pas, par contre si vous n'êtes pas suffisamment dans mon cœur pour ça, hé bien...vous savez ce qui vous attendra probablement.
Je déteste l'inactivité aussi, rester assise ou allongée quelque part, à lire un bouquin, à faire un peu de broderie ou à me brosser ne me dérange pas, en revanche je m'ennuie vite et j'ai horreur de ça. Et comme dit précédemment également, je ne suis pas une sportive. Courir, sauter, rouler dans tous les sens...très peu pour moi.
Je ne suis pas non plus une grande amatrice de légumes verts.

Par contre, j'adore les choses sucrées ou épicées, plus ça l'est, mieux c'est en général. Tout ce qui est chaud également, qu'ils s'agissent de couleurs, de plats ou d'une place au soleil...oui, ou bien d'un truc qui crame évidemment, mais je préférais pas le préciser.
Ah, et ne vous avisez pas de me manquer de respect. Je suis peut-être gentille, et je n'ai pas un orgueil démesuré, mais j'ai quand même ma fierté et je vous ferais ravaler vos paroles et vos dents si vous m'offensez. Tiens, tant que j'y suis, on dit souvent que je suis tranquille, toute douce et compagnie, mais c'est bien parce qu'il est très mal vu d'exprimer crûment ma pensée, si c'était possible je me passerais bien de quelques manières que je trouve en trop.

Hmm...pour finir, je crois qu'il convient de dire aussi que je déteste les choses fragiles. Pour une raison tout à fait simple en fait, je suis un peu maladroite dès qu'il ne s'agit pas QUE de jeter un sort. Je me débrouille bien évidemment dans pas mal de domaines, je sais raccommoder des vêtements quand ils méritent encore de porter ce nom, je sais cuisiner quelques plats qui pourraient bien vous surprendre...enfin, si vous supporter la dose d'épices que j'y mettrais, et sans me vanter je ne suis pas à moitié mauvaise avec un pinceau.
Par contre, je ne garantis pas qu'il reste quelque chose debout ou en un seul morceau dans la pièce après mon passage. Et ne me laissez pas non plus allumer le feu pour la cuisine, à moins que vous ne vouliez goûter à ma fondue à la casserole...

Et ne vous en faites pas, il parait que lorsque je ris franchement je fais un peu peur quelque fois, mais c'est tout à fait normal...enfin, je crois.
Nom :
Zelodakos
Prénom :
Virgo
Surnom :
Fenryka
Age :
22 ans
Sexe :
Femelle
Taille :
178cm (sans les oreilles !)
Poids :
Myeww ! Cela ne vous regarde pas (mais je suis pas si lourde que ça...)
Race :
Zélodienne
Planète d'origine :
Ben...Zélod '^'
Provenance de l'avatar :
Pokémon 1ère Gen, ceci est une Arcanin

Histoire

Mon histoire n'a rien de fantastique, elle ressemble à celle que n'importe quel être civilisé aurait pu avoir.
Je suis née dans une famille un peu noble, ou tout du moins très ambitieuse et soucieuse de son aspect et de son rang. Ce n'était pas la franche rigolade tous les jours quoi, mais je n'avais pas à me plaindre. J'étais éduquée, nourrie, vêtue et même s'ils ne le montraient pas forcément le plus clairement du monde, aimée.
C'est ainsi que je débutais dans la vie, en obéissant sagement, apprenant mes leçons les unes après les autres, en respectant les coutumes de ma maison sans chercher l'aventure, l'excitation du danger ou autre...oh bien sûr, comme tout enfant, ou toute personne, je rêvais qu'un jour il se produise quelque chose mais en même temps j'aurais crains qu'il n'arrive quelque chose de tragique à mon entourage. Toute jeune fille émotive que j'étais, je ne l'aurais probablement pas supporté.

Dans l'optique de créer des liens, et de m'offrir la meilleure éducation possible, mes parents me firent enseigner par nombre de mages de mon village dès mon plus jeune âge. Quelques fois, cela se passait bien, la discipline me fascinant ou bien la méthodologie de mon tuteur se révélant plus captivante que la danse hypnotique d'un serpent aux abois...et puis d'autres fois, il fallait presque m'attacher sur la chaise pour que je reste à écouter la leçon.
Je découvris alors mon dégoût grave envers la défaite. Car bien que les sortilèges...disons d'eau me débectaient, j'essayais quand même de tout mon coeur de les maîtriser, pour faire honneur à mon tuteur, faire plaisir à mes parents...mais souvent, je bloquais. Et cela m'énervait, me frustrait bien plus que je n'aurais pu le supporter.

Alors la plupart du temps, je me contentais de bouder, incapable d'assimiler la moindre information supplémentaire, ou alors je commençais à crier et à taper des pieds, puis ça finissait par passer un moment...mais alors que ma maîtrise de la pyromancie croissait encore et encore, je finis par développer un certain...réconfort dans cette affinité que j'avais avec les flammes, leur manipulation qui me paraissait si simple, si élégante commença à m'obséder et je pris l'habitude de les "appeler" dès que je me sentais mal.
Dans leur chaleur et leurs formes dansantes, je trouvais un peu de calme et de satisfaction même lorsque les choses ne se passaient pas comme je le souhaitais. Et bien sûr, si l'on interdit aux enfants de jouer avec le feu, ce n'est pas pour rien. A force d'invoquer des petits brasiers, que je pensais inoffensifs, à peine digne d'une petite lampe de chevet, ce qui devait arriver arriva et je mis le feu à quelque chose, un feu que je n'avais pas prévu.
Sous la panique, prise de court par ce débordement soudain de la part de mon élément favori, ma magie m'échappa et non seulement je ne parvins pas à étouffer les flammes, mais en plus je les fis au contraire se propager. Ce qui était un petit incident qui aurait éventuellement pu être arrêté à coup de quelques tasses d'eau ou à l'aide d'une couverture prit soudainement l'ampleur d'un violent bûcher sur lequel je n'avais aucun contrôle.

L'incendie ravagea une partie de ma maison, tandis que je m'étais prostrée quelque part dans un coin, pleurant de terreur et d'incompréhension, jusqu'à ce que la fumée et les flammes alertent tout le village, permettant aux mages d'agir les uns avec les autres pour endiguer le brasier, empêchant ses flammes de croître encore tandis que ceux qui ne pouvaient influer les flammes faisaient voler eau, terre et vents pour les réduire au silence.
Au final, ce sinistre se termina sur une note heureuse. Mis à part notre maison, qu'il était relativement aisé de réparer avec la très généreuse aide des autres villageois, l'incident ne fit aucune victime bien que j'écopa d'une juste et très sévère remontrance...
Mais ce que je ne dis à personne, tandis que je peinais moi-même à vraiment le réaliser, c'est que ces flammes gigantesques, sauvages, puissantes et qui s'étendaient en rongeant mon environnement si solide et familier en dégageant une incroyable chaleur m'avaient fascinée. Leur force, leur danse enchanteresse, leur faim insatiable...avaient éveillé quelque chose en moi qui ne s'en irait jamais.

Car le premier incendie fut un accident, pas les suivants.
J'avais bien compris que c'était très mal et très dangereux de mettre le feu à une maison, en particulier quand il y a encore des gens dedans, et même si je me découvrais un amour "brûlant" pour les flammes, je ne souhaitais en aucun cas qu'il y ait des blessés, ou pire encore.
Alors quelques fois, quand j'obtenais le droit de m'éloigner un peu, d'aller jouer dehors, je me cachais quelque part en emportant ce que je pouvais trouver. Des parchemins inutiles, des bouts de bois, des feuilles mortes...n'importe quoi et j'y mettais le feu. Et plus ça brûlait, plus cela me fascinait.
Cependant, ce n'était jamais assez et tandis que je grandissais et que mes pouvoirs, ma sensibilité et ma frustration ne cessaient de croître, le souvenir grandiose de ces flammes fantastiques me hantait. Je voulais les revoir, car à l'époque c'était un accident causé par une gamine encore ignorante...mais ma magie devenant toujours plus puissante, j'en venais à me poser une question dangereuse pour un Zélodien : Où se trouve la limite de mes capacités ?
Autrement dit, qu'est-ce que je ne pourrais pas faire brûler ?

Quelques fois, je mis le feu, presque involontairement le plus souvent, à des objets que j'épargnais jusqu'alors. Barrières, portes, mobilier...j'éprouvais bien trop souvent le besoin d'être "rassurée", de me défouler, sans en avoir l'opportunité. Brûler les petites affaires que je réunissais et que j'enflammais au-delà de ce qui aurait du être physiquement possible, avant d'étouffer les flammes pour les  faire danser dans la paume de ma main ne me suffisait plus. Je commençais à devenir irritable, instable même me dit-on plus tard. Déjà émotive, voilà que je sautais d'une humeur à l'autre, mais toujours avec emphase.
Puis un jour, sentant que cela devenait réellement dangereux alors que j'avais enflammé mon oreiller en rêvant d'un immense brasier, je prétextais sous le couvert d'une envie d'adolescente de pouvoir sortir un peu du village, de "visiter un peu le monde" extérieur...faire une promenade inhabituelle quoi !

Se doutant de ce que je ferais, mais préférant que je crame quelques brindilles dans la plaine plutôt que notre maison, mes sévères géniteurs m'accordèrent toutefois leur bénédiction en échange de ma promesse de redoubler d'efforts pour manier les sortilèges que je peinais le plus à apprendre. Cela me sembla équitable, et notre "marché fut ainsi conclu.
Bien évidemment, je ne me priva pas de rejoindre la forêt la plus proche. Elle était déconseillée, presque interdite de fréquentation du fait des monstres qui y vivaient. J'avais peur. Très peur, je n'avais pas envie d'être attaquée ou blessée, et encore moins tuée puis emportée dans les bois pour y être dévorée...mais j'avais besoin de revoir ces flammes, de tester leurs limites.
Et face à ces hauts troncs à l'écorce épaisse et sombre, leurs longues branches se terminant par des ramifications semblables à des doigts crochus et sinistres couverts d'épines végétales, je restai un moment à les contempler, mon esprit se voilant petit à petit de blanc alors que les battements de mon coeur s'accéléraient.
Puis je fis naître un petit brasier au pied du tronc le plus proche, et joua de mes pouvoirs pour l'alimenter plus que de raison.
La suite persiste dans ma mémoire à la façon d'un rêve lointain, comme une réalité incertaine dont on peine à se rappeler.

Tout ce dont je me souviens, c'est une espèce de...je ne sais pas vraiment comment définir ça. Les autres ont appelé ça de la "folie", de la "démence", ou même une "maladie"...je n'aime pas ces mots, mais j'ai du faire avec et faire acte de contrition et de pénitence durant longtemps, très longtemps, me faire oublier tandis qu'au loin dans le paysage, manquera désormais toujours les formes massives de l'entrée de la grande forêt.
Durant les années qui suivirent, je dus prendre mes leçons par moi-même, mes anciens tuteurs ne désirant plus me faire profiter de leur savoir après mes derniers "exploits". je m'efforçais également de maîtriser cette pulsion sauvage qui brûlait au fond de moi depuis ma tendre enfance, me laissant aller à un bref mais délicieux incendie de temps à autre, lorsque personne ne pouvait me voir.

Le temps continua à passer, sans qu'une nouvelle catastrophe ne se fasse connaître. Mais cette vie paisible...isolée d'une certaine façon commençait à me lasser. Le feu bouillonnant en moi ne demandait qu'à être libéré, ses braises voulaient être nourries, pas étouffées. Je ne souhaitais toujours pas blesser ou être blessée, mais je commençais à sentir que ce n'est pas ici que se jouerait mon avenir.
Alors devenue adulte, petit à petit je me préparais à mener ma propre vie. Je ne cachai pas mes intentions, et quoiqu'elles furent accueillent avec une certaine crainte, une réticence, mes efforts durant ces dernières années me valurent l'accord un peu sceptique de mes proches, mais enfin je pus "voler de mes propres ailes" comme on dit. Bien sûr, la première chose que je fis lors de ma première nuit en "solitaire" fut un grand feu, évidemment.
Sans catastrophe régionale bien sûr, même si l'idée me traversa la tête...

Désormais, j'avais une certaine...liberté. Je pouvais parcourir le monde, voir enfin les autres villages, découvrir les innombrables sortilèges de notre peuple et les façons de les manipuler. Cependant, j'ai tendance à me présenter sous le nom de Fenryka, dont les sonorités me plaisaient, plutôt qu'utiliser mon véritable pseudonyme que j'ai un peu...honte de porter en vérité désormais.
Hé bien oui, vous pensiez vraiment qu'à l'adolescence ou dans la solitude j'allais rester oisive, sensible comme je le suis ?
Ahem...


Derrière l'écran

Pseudo : Fenryka ira très bien du coup '^'
Comment avez-vous connu le forum ? Derp
Âge : 21
Double compte ? Pas encore
Un avis ? Je vous les donne déjà
Je certifie avoir lu et m'engage à respecter le règlement : Seulement les jours finissant par un "di".

Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Juil - 13:11
Protein
Messages : 41
Date d'inscription : 27/06/2016
Age : 22

Feuille de personnage
XP: 0
Power Level: 13 463
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Je valide à 1500 unités


Mes statistiques:
 
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Ball Another :: Gestion du RP :: Fiches de personnage :: Personnages validés-