Un forum de RP basé sur Dragon Ball, le manga d'Akira Toriyama, dans un monde où nos héros ne sont jamais nés...
 

 :: Zone RP :: Plant :: Salle de Gravité Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Là où ça fait mal [Solo entraînement]

avatar
Messages : 35
Date d'inscription : 28/11/2017

Feuille de personnage
Power Level: 25700
Power Level en Kili: 0
Inventaire:
Dim 15 Juil - 20:24
Il existe d'innombrables façons de s'entraîner sur Plant. Le combat à mort, le duel amical, la chasse, l'entraînement solitaire...tant de manières, et de moyens d'éprouver sa force et de l'augmenter.
Certains choisissaient la méthode "brutale". Deux Saiyans entrent dans l'arène, un Saiyan sort. Ainsi, seuls les meilleurs persistent.
D'autres, plus méfiants, faibles ou rusés, optaient pour l'affrontement entre potes ou la chasse. Le risque est réel, mais raisonnable.
Enfin, les atypiques ou les plus ingénieux choisissaient l'introspection et la lutte contre eux-même, qu'ils s'inventent des adversaires ou éprouvent leur corps face à leurs propres attaques.
Et puis il y avait Kodaian.

Kodaïan, que l'on qualifiait de tous les noms. Le Lâche, le Génie, le Sournois ou le Malin. Il ne s'attachait jamais à rien, qu'il s'agisse d'une terre ou de ses semblables, et ne visait rien d'autre que son propre rêve : Devenir libre.
Mais pour être libre, l'Astral devait se plier à la plus ancienne et évidente des règles de l'Univers, et en particulier du peuple Saiyan : Être puissant. Car le Puissant peut s'affranchir des lois des autres.
Mais pour être puissant, il faut être fort. Et pour être fort, il faut se battre. Autant avec ses poings que sa tête, avant et après la bataille. Un constat simple, mais que si peu acceptaient pourtant de reconnaître.

Mais lui si. Kodaïan savait que le véritable pouvoir ne se résumait pas à celui qui tapait le plus fort. Lui, était le maître du ciel et de la vitesse. Un tacticien brutal, qui prenait par surprise et frappait là où ça faisait mal. Il connaissait parfaitement ses forces et ses faiblesses, et les éprouvait à chaque combat.
Ses dernières batailles avaient largement contribué à le lui confirmer d'ailleurs. Kodaïan craignait les gros sacs qui pouvaient encaisser ses coups, ou le nombre. Il lui fallait devenir plus fort. BEAUCOUP plus fort, et apprendre quelque chose de plus...fin que de simples attaques surprises.

Alors le plus simple était de se mettre au plus mal pour mieux réfléchir. Kodaïan était l'un des Saiyans les plus vifs et légers de toute la planète, et il se reposait beaucoup trop dessus. Alors comment se priver de son meilleur atout pour en développer de nouveaux ? Hé bien c'était évident : En se collant dans une salle de gravité.
Il fit doubler la gravité pour son échauffement, s'exerçant en solitaire pour réviser ses meilleurs mouvements sans aucun problème. Il était un pur natif de Plant, habitué à une lourde gravité, et était plutôt puissant. C'était aisé pour lui.
Une dizaine de minutes de frappes, contres et esquives acrobaties plus tard, il refit doubler la gravité. Atteignant quarante fois la gravité lambda, qu'on connaîtrait plus tard sous le nom de "terrestre", il put enfin prendre l'exercice au sérieux.

Peser plus de trois tonnes était une épreuve, même pour un Saiyan. Il pouvait encore bondir, frapper, et même réaliser des frappes très techniques mais il avait l'horrible impression d'être mortellement lent en plus de s'épuiser à très grande vitesse.
Mais c'était exactement ce qu'il cherchait ! Kodaïan avait besoin de passer outre la force et la résistance de ses adversaires, de se priver de sa vitesse pour se mettre à leur niveau, et trouver comment les battre "à la normale" pour être d'autant plus redoutable une fois en combat réel.
Profondément concentré, l'Astral se força à revivre ses plus grands défis :

Cocono, le solide, qui s'était montré lent, stupide mais à ce point insensible à ses coups qu'il avait failli perdre par épuisement.
Lui, il joua la simulation à courte-portée. Bouger trop vite, et trop souvent avait été son tort. Alors le guerrier du ciel minimisa ses mouvements, bougeant peu en défense, s'engageant de toute ses forces en attaque, enchaînant des attaques au buste, un déplacement haut ou bas selon l'occasion avec une frappe, pour terminer d'un coup de pied dans le dos et reprendre la bonne distance.
C'était le genre d'adversaire "dangereux" le plus fréquent. Le gros sac, bas de plafond et lent, qui comptait sur des coups puissants et sa résistance pour triompher des p'tits gringalets comme lui. Mais l'Astral les connaissait bien, trop bien. Son seul tort, était de vouloir les écraser par la vitesse.
Sous gravité 40, Kodaïan devait se ménager. Il attendait le dernier moment pour esquiver d'un simple mouvement de buste et d'une double frappe au coude. Pour gagner, il fallait s'économiser et faire mal. De plus en plus mal, jusqu'à ce que le membre pende, inerte.

Une fois qu'il s'estima satisfait, jaugeant que son adversaire, s'il avait existé, aurait été incapable de lever les bras, et donc de parer les lattes que l'Astral lui aurait alors flanqué dans la tête avec plaisir, le Saiyan s'accorda cinq minutes de repos et passa au second type d'adversaire, celui qui était aussi dangereux que rapide à vaincre. Le plus extrême !
Le guerrier à la fois rapide et puissant, mais fragile. Le genre qui pensait foncer, tout donner en quelques secondes, et espérer que ça passe. Selon lui, le pire combattant de l'Univers, inefficace contre les gros sacs comme contre les "mouches" dans son genre. Trop faible pour les premiers, trop lent pour les seconds.
Mais il en fallait quand même s'en méfier, et de se fait c'était la meilleure cible d'entraînement. Là, il adopta une étrange dualité. D'un coup sur l'autre, sans aucune logique, Kodaïan décidait du plus petit mouvement possible ou au contraire du plus grand, alternant les contres au ras-du-corps comme les assauts fulgurants à l'aide de grands balayages.
Des gestes qu'il savait efficaces. Un blocage de paume, pour dévier au centimètre près un assaut et riposter immédiatement en "tête-à-tête" ou au contraire un désengagement en bonne et due forme pour reprendre l'avantage grâce à sa vitesse.
Sauf qu'il y avait un défaut. Ses frappes éclairs, explosifs, étaient coûteux en énergie. Il passait, certes, outre la garde imaginaire d'adversaire de sa force, ou pas loin comme ce Korn qu'il avait rencontré il y a peu, et leur infligeait de lourds dégâts...mais il s'épuisait à une vitesse phénoménale.

Kodaïan n'avait pas fait la moitié de son second exercice qu'il s'écroula, incapable de voler ou de bouger. Hors d'haleine, il fit signe aux ingénieurs de mettre fin à la gravité améliorée. Pour le moment, c'était terminé, mais c'était très loin d'être un échec à ses yeux.
Il quitta la salle pour aller prendre une pause - et surtout un foutu repas d'ogre au régime depuis trois mois ! - et peser plus soigneusement ses acquis.
Pas besoin d'être un génie pour comprendre que sa véritable force, c'était sa vitesse et sa précision. Depuis toujours, il avait été vif, léger et rusé, frappant là où ça faisait mal pour faire tomber les gros durs. C'était son véritable talent, un talent pour ainsi dire apparemment unique sur Plant.
En revanche, son endurance était limitée. S'il prenait un contre direct, il risquait de finir séché. De même, si le combat s'éternisait, la défaite lui tendait les bras comme lors de son entraînement dans la salle de gravité. Kodaïan en était persuadé, il lui fallait travailler une nouvelle technique, une façon de frapper fort, vite, et de causer un maximum de dommages en très peu de temps.
Ou alors de faire en sorte de pouvoir en causer beaucoup en peu de temps. Il savait où taper pour faire mal, mais peut-être y avait-il encore quelque chose à creuser. Après tout, qui ne s'était jamais bêtement cogné le coude ou le petit orteil et avait prononcé toutes sortes de jurons fleuris ?

En se faisant cette réflexion, l'Astral commença à se demander s'il n'avait pas moyen de rester au contact, de minimiser ses mouvements et de frapper encore, et encore, jusqu'à transformer son adversaire en sac de sable et alors laisser exploser toute sa fureur pour lui infliger un maximum de dégâts et l'envoyer au tapis.
Engouffrant toutes les vingt minutes son poids en nourriture, Kodaïan commença à réfléchir à ce plan qui le séduisait grandement. L'art de la précision, de la maîtrise, et de la vitesse. La meilleure façon qui puisse être d'humilier ces gros lards en armure. Qu'est-ce qui aurait pu mieux le tenter qu'un tel projet ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 35
Date d'inscription : 28/11/2017

Feuille de personnage
Power Level: 25700
Power Level en Kili: 0
Inventaire:
Sam 28 Juil - 21:26

Pendant deux jours, Kodaïan resta à la salle d'entraînement, à frapper dans le vide en revivant ses combats les plus intenses. Face aux fantômes de ses ennemis les plus rapides ou robustes, il tentait de nouveaux assauts, des contres inédits et des feintes improbables, le tout sous une gravité intenable qui aurait fait suffoquer la plupart des Saiyans.
Pour lui, elle était le meilleur moyen de passer outre son plus gros défaut...et sa plus grande qualité. Alourdi presque cinquante fois désormais, le moindre geste était un effort considérable et malgré sa volonté ardente, l'Astral devait prendre des pauses pour reprendre péniblement son souffle toutes les sept, huit minutes à peine.
Cela dit, l'idée était trouvée. Frapper là-où ça fait le plus mal, encore et encore. Un ennemi handicapé n'était pas un ennemi très longtemps, et ça se remarquait très vite sur un champ de bataille. Privé d'un bras ou d'une jambe, aucun adversaire ne faisait vraiment long feu.

Durant ses pauses, malgré sa fatigue, Kodaïan éprouvait son corps. Du bout des doigts, il cherchait, centimètre par centimètre, avec un minutie inhabituelle pour son peuple, la moindre faiblesse. Comme tout corps, celui des Saiyans possédait des points faibles, des creux entre les muscles, des nerfs exposés, des failles entre les os...
Après des essais, des recherches...des jours entiers à se tâter et à frapper dans le vide, le guerrier du ciel commença à mieux se comprendre et à comprendre son peuple, et qu'est-ce qui pouvait les faire souffrir. Ensuite, il compara ses découvertes avec son expérience de la guerre, cherchant les similitudes encore les physiques compacts, robustes et pourtant sensibles des Saiyans et ceux de n'importe quelle race au hasard.
Car il le savait, un coup terrible pour l'un de ses pairs ne le serait peut-être pas pour un alien quelconque. Il lui fallait trouver des similitudes, des ressemblances, des "règles constantes". Ce qu'il désirait, c'était une technique efficace contre tout le monde, des frappes adaptables, pouvant neutraliser toutes les autres races "guerrières" de la galaxie.

Seulement, au cinquième jour de ce régime intense...Kodaïan ne put que se résoudre à confirmer sa plus grande crainte. L'entraînement et la réflexion, c'était bien...mais c'était surtout inutile si on ne testait jamais la chose. L'Amour avec un grand Q - comme sur les claviers buggués - au final, c'était comme la guerre. Sans essayer, ça restait juste un fantasme en carton.
Aussi lui fallait-il des adversaires...et pour ça, l'Astral ne s'embêta pas. Il sortit de la salle, et interrogea tous les autres guerriers de l'espace qu'il rencontra jusqu'à ce qu'il y ait un timbré qui lui réponde "Okay".
Bon, deux fois sur trois, c'était un abruti qui se retrouvait à crever sur le parquet à cause de la gravité.  Ceux-là, il les évacuait à coup de pied et retournait en chercher un autre, qui serait plus apte, motivé ou simplement plus robuste. L'Astral avait besoin de défi, pas de déchet, pour se surpasser sous peine de voir des "nouveaux" comme Korn le vaincre dans peu de temps.

Ceux qui résistaient, tant bien que mal, déstabilisés par leur lourdeur soudaine sous l'attraction élevée de la salle, alors que le guerrier tatoué y passait le plus gros de son temps, servaient à expérimenter sa nouvelle technique.
Parfois...ça marchait. Le plus souvent, les "cobayes" ressortaient à demi-fracassés...mais Kodaïan avait du mal à déterminer si c'était à cause de leur écart de puissance, ou à cause de sa nouvelle idée.
Et parfois...ça marchait pas. En prenant le risque de placer un coup plus technique que puissant, l'Astral s'exposait souvent à une riposte qu'il encaissait bien mal, et plus d'une fois il se fit étaler par un adversaire plus habitué que lui à la gravité élevé ou tout simplement moins fatigué.
Autrement dit, son plan avait l'air bon...mais demandait d'être absolument irréprochable sur la réalisation.

Bien que souvent frustré, voire furieux de ses défaites, quelques fois particulièrement humiliantes quand il comprenait qu'il perdait seulement à cause de son envie d'améliorer sa technique, Kodaïan insista, encore et encore. Et au fil des jours et des heures, ses coups se firent toujours plus précis, et plus douloureux.
Quelque soit la force de ses "rivaux" du jour, sa frappe faisait mouche. Les faibles étaient brisés, et les puissants engourdis. Il tomba une fois sur un adversaire, puissant et robuste, bien plus que lui, dont il triompha pourtant à force de frapper avec une vicieuse précision ses bras, le privant autant de son attaque que de sa défense.
Sous cette intense gravité, l'Astral était "lent"...mais pas assez pour ne pas faire mouche systématiquement contre un ennemi qui ne pouvait même pas lever les bras. En alternant ses frappes, voire des enchaînements là où ça faisait le plus mal, à droite et à gauche, Kodaïan découvrait comment se ménager une marge tranquille en affaiblissant petit à petit son adversaire, profitant de sa vulnérabilité qu'il renouvelait sans cesse pour le cogner comme un sauvage. Privé d'un bras ou d'une jambe, les angles d'attaque et de défense de ses adversaires changeaient, et même leur équilibre. Certains le compensaient en s'envolant, mais ils tombaient alors dans l'ultime piège de l'Astral qui excellait en combat aérien, et pouvait battre et frapper ses adversaires jusqu'à ce que la gravité ou leurs blessures aient raison d'eux et qu'ils ne s'écrasent, engourdis, matraqués jusqu'à en changer de couleur, ou tout simplement exténués, sur le sol de la salle de gravité.

L'astuce n'était pas très "honnête" aux goûts de certains...mais quand ils repartaient en sang, épuisés, et en trainant les pieds, l'Astral savait qu'ils avaient tort. L'honnêteté, la franchise et l'honneur...n'avaient rien à voir, de près ou de loin, avec une technique efficace.
Il ne fuyait pas le combat. Au contraire, il restait au contact, pour frapper là où ça fait vraiment mal, jusqu'à pouvoir placer des coups décisifs en exploitant au maximum sa vitesse et sa ruse. Et ça, c'était vraiment digne d'un Saiyan, selon lui. Gagner par l'intelligence autant que par la force.
Pendant encore quelques jours, alors qu'il s'habituait à la gravité autant qu'aux faiblesses universelles de son peuple, Kodaïan testa sa nouvelle technique, jusqu'à s'en estimer satisfait. Ensuite, il se tapa une douche de tous les diables, et d'un gueuleton qui l'envoya dormir pendant six heures de suite en plein aprem, avant qu'il ne reprenne son envol par capsule vers de nouvelles planètes, décidé à tester cette formidable attaque en conditions réelles, contre des espèces différentes.
Après tout, grâce à sa vitesse, il pouvait rapidement identifier ce qui faisait mal ou non...et dès lors qu'il saisissait ce qui pouvait blesser quelqu'un en trouvant ses nerfs et points vitaux, il pouvait handicaper son adversaire jusqu'à le dominer, et le vaincre. Que pouvait-il espérer de plus ? Grâce à sa vitesse et son intelligence, il pourrait certainement désormais dominer à la fois le combat à distance ou les corps à corps les plus violents, pouvant aisément passer de l'un à l'autre, se donnant toujours l'avantage au bout de la bataille selon son bon désir.
En théorie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Ball Another :: Zone RP :: Plant :: Salle de Gravité-
Sauter vers: